Imaginature entête du blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot clef - Société

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi, 25 octobre 2014

Livres - articles

Empoisonnement universel : crime impuni ?

Un empoisonnement universel : Comment les produits chimiques ont envahi la planète par Fabrice Nicolino

Le résumé de l'éditeur :

C’est un livre sans précédent. Jamais on n’avait essayé de réunir tous les points pour faire enfin apparaître le dessin complet. Comment en est-on arrivé là ? Comment et pourquoi l’industrie chimique a pu libérer dans l’eau, dans l’air, dans le sol, dans les aliments, et jusque dans le sang des nouveau-nés plus de 70 millions de molécules chimiques, toute différentes les unes des autres ? Quels sont les liens entre le temps des alchimistes et celui du prix Nobel de chimie Fritz Haber, grand criminel de guerre ? D’où viennent Bayer, BASF, Dow Chemical, DuPont, Rhône-Poulenc ? Comment est-on passé de la bakélite des boules de billard et des combinés du téléphone au nylon, puis au DDT et aux perturbateurs endocriniens ? Pourquoi des maladies comme le cancer, l’obésité, le diabète, Alzheimer , Parkinson, l’asthme et même l’autisme flambent toutes en même temps ? Qui est Théo Colborn, la Rachel Carson du XXIe siècle ? Pourquoi l’OMS, la FAO, l’ONU ne bougent-elles pas ? Pourquoi les agences de protection françaises regardent-elles ailleurs ? Comment les normes officielles ont-elles été truquées ? Que contient vraiment l’eau dite potable ? Comme les transnationales ont-elles organisé une désinformation planétaire sur cet empoisonnement universel ? Y a-t-il une chance de s’en sortir ? Pour la première fois, tout le dossier est enfin rendu public. Il est effrayant, mais un peuple adulte n’a-t-il pas le droit de savoir ? Ce livre, qui donne des noms, des faits, des accointances, ne peut rester sans réponse. C’est l’heure de se lever.

Publié aux Editions : Les Liens qui Libèrent

ISBN : 9791020901736

- le blog de Fabrice Nicolino : Planète sans Visa

http://fabrice-nicolino.com/index.php

- Fabrice Nicolino et son livre dans CO2 Mon Amour l'émission de Denis Cheyssoux sur France Inter 

http://www.franceinter.fr/emission-co2-mon-amour-fabrice-nicolino-linvite-de-co2-pour-son-enquete-sur-la-chimie

jeudi, 15 mars 2012

Livres - articles

Gaston-Paul Effa : l'initiation à un monde métissé

L'écrivain Gaston-Paul Effa signe un nouveau roman où son Afrique natale tient le rôle-titre, Afrique d’où le narrateur vient et où il revient pour achever une quête initiatique. À mi-chemin entre conte philosophique plein de poésie et autobiographie librement inspirée, il nous emmène plus loin qu‘un questionnement identitaire individuel vers une réflexion sur l’évolution des sociétés humaines. Il s’inscrit en plein dans l’air du temps, résonnant de concert avec d'autres œuvres et quelques polémiques du moment en France.

• Je la voulais lointaine, Gaston-Paul Effa, Editions Actes Sud. Le sanglot de l’homme noir, Alain Mabanckou, Éditions Fayard, et aussi Black Bazar, album CD publié chez Lusafrica, produit par A. Mabanckou. 

• La France noire, Trois siècles de présence, sous la direction de Pascal Blanchard, Éditions de La Découverte • Noirs de France, série documentaire en 3 volets réalisée par Pascal Blanchard et Juan Gélas, DVD, Éditions Phares et Balises. 

• Exhibitions : l'invention du sauvage, exposition au Musée du Quai Branly, Paris, jusqu'au 3 juin 2012.

Lire la suite...

mercredi, 2 février 2011

Evénements

Table ronde "catastrophes naturelles et société" au Salon du livre des Sciences Humaines - le 6/2/11

Au salon du livre des sciences humaines, découvrez des livres pour comprendre le monde !
Après avoir exploré le thème de l’humanisme en 2010, la Fondation Maison de sciences de l’homme choisit, pour cette cinquième édition, d’ouvrir les débats aux questions de sociétés qui répondent aux attentes d’un public désireux de se dégager de l’urgence des médias pour réfléchir, grâce aux livres et aux auteurs.

A noter, une table ronde intitulée :

Fléaux et catastrophes

Que révèlent-ils de nos sociétés ?

Table ronde animée par Frédéric Keck (CNRS-EHESS)
Avec :
Romaine Huret, Katrina, 2005, Éditions de l’EHESS
Emmanuel Le Roy Ladurie, Histoire humaine et comparée du climat, Fayard
Sandrine Revert, Anthropologie d’une catastrophe, Presses de la Sorbonne nouvelle
Ouragan, raz-de-marée ou épidémies, une catastrophe naturelle n’est pas seulement un ensemble de phénomènes physiques mais aussi un événement social et politique. Il s’agit ici de comprendre comment les sociétés affrontent et dénouent de telles tragédies.
Salle Margaret Mead, Dimanche 6 février 2011, 16h30-18h

LE SALON DU LIVRE DE SCIENCES HUMAINES - 5e édition
se déroule sur trois jours, du vendredi 4 février au dimanche 6 février 2011
à l’Espace d’animation des Blancs-Manteaux, 48 rue Vieille du Temple 75004 Paris.
Horaires : vendredi 4 février 2011 de 14h à 22h - inauguration à 19h _
samedi 5 février 2011 de 11h à 20h et dimanche 6 février 2011 de 11h à 20h.
Pour en savoir plus : http://www.salonshs.msh-paris.fr

Le dernier numéro (n° 36) de la revue de la Bnf, paru en 2010, comporte un dossier "Emmanuel Le Roy Ladurie, historien du climat".
Les textes de ce dossier, réalisé sous la direction de Yann Fauchois, prolongent les contributions données à une journée d’étude organisée en hommage à Emmanuel Le Roy Ladurie en 2009 à la BnF, dont une section était consacrée à l’histoire climatique.
Dans le texte inédit qu’il présente ici, Le Roy Ladurie nous donne sa vision la plus récente de l’évolution dans la longue durée du climat européen. Emmanuel Garnier revient sur la place tenue par les historiens dans les débats actuels sur la question du réchauffement. Anouchka Vasak analyse l’évolution de la pensée « ladurienne » sur l’histoire du climat. Valérie Daux présente sa reconstruction des climats du passé à partir des dates de vendanges.
Feuilleter des extraits en ligne
http://editions.bnf.fr/livres/RBNF36/index.htm

lundi, 28 juin 2010

Livres - articles

L'Amérique de Rohatyn

 Stiglitz, Chomsky, de Waal et maintenant Rohatyn, les voix et voies d'une analyse critique et constructive de nos sociétés modernes aux contours mondialisés semblent émaner plus d'Outre-Atlantique que de la vieille Europe. Parce que l'explosion du système financier est partie des Etats-Unis ou parce que les intellectuels y sont moins léthargiques ? Qui sait ?

Rohatyn comme de Waal a des racines européennes fortes. Frans de Waal est néerlandais, a épousé une Française et enseigne aux Etats-Unis. Il a souvent fait remarquer que cette particularité — vivre à cheval sur trois cultures — lui donne une certaine vision du monde qui induit une analyse plus féconde des événements. Pour cet éthologiste renommé, elle éclaire plus subtilement les comportements des individus dans les sociétés animales et humaines. (Voir notre billet sur son dernier ouvrage).

Né en 1928, Félix Rohatyn est lui, issu d'une famille viennoise — un grand-père banquier, un père brasseur — s'installant en France en 1934. Il fait ses études secondaires à Paris. En 1940 la famille fuit la France pour le Portugal et bientôt l'Amérique et la très européenne New-York. Naturalisé américain, il intègre la banque Lazard Frères dont il deviendra associé puis directeur de la branche américaine avant de devenir ambassadeur des Etats-Unis en France en 1997 sous la présidence Bill Clinton dont il est proche. Il reprendra en 2001 sa carrière de conseiller des banques d'affaires par le truchement de sa propre structure Rohatyn Associates. Et cette "légende de Wall Street", un des pilier de la banque Lazard pendant près de 50 ans a réintégré cette dernière en janvier 2010 comme conseiller spécial de son P.d.g.
Très francophile (deux de ses fils vivent d'ailleurs en France), Félix Rohatyn est celui qui a sauvé New-York de la faillite dans les années 1970 en restructurant la dette et jugulant la crise financière de la Ville. Keynésien jusqu'au bout des ongles, il se prononce pour une intervention active de l'État dans l'économie.

Cet humaniste avoué a aussi dirigé pendant dix-huit ans le bureau d'aide sociale de la Ville de New York de 1975 à 1993 et avant de lui proposer le poste d'ambassadeur Bill Clinton le voulait vice-président de la FED5. Sa candidature fut refusée par les sénateurs républicains qui le jugeaient trop social !

Dans son dernier ouvrage qui vient de sortir en France "Ces hommes qui ont fait l'Amérique", il nous rappelle  avec l'assurance de sa longue et brillante expérience personnelle par dix exemples de choix dans l'histoire de l'Amérique que, contrairement à ce que proclament aujourd'hui de nombreux idéologues, les investissements publics à grande échelle portent leurs fruits, avec souvent de remarquables résultats à long terme. A l'opposé de la politique à court terme qui prévaut et ne favorise que l'enrichissement de quelques-uns au dépend du reste de la société et nous a mené dans le mur que l'on sait, c'est un homme avec une vraie vision du monde qui vient nous dire que le chemin pris n'est pas inéluctable et qu'il y a des solutions.

Le 31 mai dernier, France Inter recevait Félix Rohatyn. Ecoutez-le :

Nicolas Demorand reçoit dans le 6h30/10h de France Inter, Félix Rohatyn, ancien ambassadeur des États-Unis en France (1997 à 2000) et ancien président de la banque Lazard (31 mai 2010).

POUR EN SAVOIR PLUS

• Article-critique des interviews de Rohatyn sur France Inter sur le site de Marianne2 (mai 2010)
Félix Rohatyn: quand un démocrate américain démythifie la «rupture» Obama

Extrait : Très élogieux sur Obama, l’ancien ambassadeur, ardent partisan de la régulation financière et des investissements publics en temps de crise. n’en demeure pas moins beaucoup plus sceptique sur ses capacités d’action : « je ne sais pas s’il y a beaucoup de choses nouvelles ». Keynésien, favorable à l’intervention de l’Etat, Rohatyn estime ainsi que la politique américaine actuelle reste complètement dominée par son aile libérale et « farouchement opposée à l’intervention de l’Etat ».

• Article- interview des Echos  (août 2009) :
toujours intéressant de relire des propos passés à la lumière du présent. Voir aussi en ce sens article à la suite concernant la nouvelle réglementation financière inaugurée aux Etats-Unis en ce mois de juin 2010
Felix Rohatyn : " La finance est devenue un danger public "


• Article sur le blog de Georges Ugeux (27 juin 2010)
Wall Street sous contrôle: une nouvelle ère pour la finance ?

Extrait : La nouvelle règlementation financière des Etats-Unis vient d’aboutir a un accord entre les Sénateurs et les Représentants du Congrès. Depuis les réglementations de 1933 et 1934 à la suite du crash boursier de 1929, c’est à une transformation fondamentale du paysage financier que nous allons assister. Devant l’incapacité des financiers à s’autoréguler, le législateur américain a développé une reglementation d’environ 2000 pages qui visent l’ensemble des aspects de la finance.

• Dossier « Keynes » sur Alternatives Economiques (31/12/08)
Dossier : Keynes, plus actuel que jamais

Extrait : 62 ans après sa mort, John Maynard Keynes semble aujourd'hui plus actuel que jamais, et pour cause. Sa pensée paraît tout simplement plus pertinente que celle de ses détracteurs pour comprendre les événements récents : la crise financière de 2007/2008 et la récession économique qui a suivi.
Le dossier présente une sélection d'articles consacrés au célèbre économiste, ainsi que quelques-uns de ses propres textes, parus au fil des ans dans Alternatives Economiques.



Le Livre

CES HOMMES QUI ONT FAIT L'AMÉRIQUE
par Félix Rohatyn
Editions Saint-Simon - Prix : 23 € - Nombre de pages : 204
http://www.edsaintsimon.com/livre-detail.php?id=71

mardi, 6 avril 2010

Livres - articles

Empathie et société solidaire : la leçon des primates

Sommes-nous sur terre, comme on l’affirme si souvent, uniquement pour servir notre propre survie et nos intérêts personnels ? Est-il vraiment dans la nature humaine de nous poignarder dans le dos les uns des autres pour gravir les degrés de la hiérarchie ? Le comportement égoïste et l’esprit excessif de compétition, souvent justifiés comme instinctifs et conformes aux théories de l’évolution, sont dans ce livre magistralement remis en cause.

Un livre brulant d’actualité au moment où la crise met en exergue les terribles excès de l’individualisme et du primat donné à la notion de concurrence. Fort de son expérience sur le terrain , de ses recherches en anthropologie, psychologie, comportement animal et neurosciences, de ses expériences en laboratoire sur les chimpanzés, les bonobos et les singes capucins – ainsi que sur les dauphins et les éléphants – Frans de Waal , le plus célèbre des ethologues, nous montre également, exemples à l’appui, que de nombreux animaux sont prédisposés à prendre soin les uns des autres, à s’entraider et, dans certains cas, à se mobiliser pour sauver la vie des autres. Bref la possibilité d’empathie n’est pas comme on le croyait jusqu’alors le propre de l’homme ! Ecrit dans un langage accessible à tous, regorgeant d’anecdotes, marqué par un humour empreint d’ironie et par une intelligence incisive, "L'âge de l’empathie", en mettant la coopération au cœur de l’évolution des espèces, ouvre des perspectives passionnantes dans les domaines de la politique, de l’économie et dans notre manière d’être au monde.

L’âge de l’empathie. Leçons de la nature pour une société solidaire par Frans de Waal, traduit de l’anglais par Marie-France de Paloméra, Editions LLL Les Liens qui Libèrent, 400 pages, prix : 22,50 €

L’auteur : Frans de Waal, docteur en biologie, professeur de psychologie à l'université Emory d'Atlanta et directeur du centre Living Links du Yerkes Primate Center. (Etats-Unis), membre de l'Académie américaine des sciences et de l'Académie royale des sciences des Pays-Bas, est l'un des plus éminents éthologues et primatologues actuels. Il est déjà l'auteur de plusieurs ouvrages, dont La Politique du chimpanzé (Odile Jacob, 1995), Bonobos, le bonheur d'être singe (Fayard, 1999), De la réconciliation chez les primates (Flammarion, 2002), Album de famille (Fayard, 2003), le Singe en nous (Fayard, 2006).

Interview en français de Frans de Waal à l'occasion de la sortie de son livre - par Marc Giraud

Lire l’nterview de Frans de Waal par Laurent lemire sur le site agitateur-idees.fr

http://www.agitateur-idees.fr/Site/suite.php?art=462

Video en anglais sur le site bigthing.com
Frans de Waal : "les primates peuvent nous apprendre beaucoup sur les origines de la justice, du pouvoir et de la morale". Il tire les déductions de son travail sur les primates pour décrire l’évolution de la morale dans les sociétés humaines.

Frans De Waal Says Primates Can Teach Us A Great Deal About The Origins Of Justice, Power And Morality
EMORY UNIVERSITY - Atlanta, GA
Frans de Waal is director of the Living Links Center at the Yerkes National Primate Research Center and a professor of psychology at Emory University. His current research includes food-sharing, social reciprocity and conflict-resolution in primates, as well as the origins of morality and justice in human society. De Waal draws on his own work with primates to illustrate the evolution of morality.

samedi, 3 avril 2010

Société

Etienne Klein, de l'oxygène plein la tête !


Découvrez un physicien atypique, passionné par l'enseignement et l'écriture, amoureux de la montagne et penseur permanent des relations entre la science et la société.
(universcience-vod, la plateforme vidéo des sciences et des technologies).

http://www.universcience-vod.fr/media/569/etienne-klein--libido-sciendi.html

dimanche, 28 mars 2010

Livres - articles

Temps des crises, un essai signé Michel Serres

Si nous vivons une crise, au sens plein du terme, aucun retour en arrière n’est possible. Il faut donc inventer du nouveau.
Or, le nouveau nous submerge ! En agriculture, transports, santé, démographie, informatique, conflits, des bouleversements gigantesques ont transformé notre condition comme jamais cela n’était arrivé dans l’histoire. Seules nos institutions n'ont pas changé.

Michel Serres montre dans cet ouvrage que nous sommes encore les acteurs de notre avenir.



Ecoutez Michel Serres sur Canal Académie

Dans cet entretien audio avec Jacques Paugam, l'Académicien Michel Serres développe les points essentiels de son dernier livre "Temps des crises" dont l’intuition fondamentale est la nécessaire primauté des sciences de la vie et de la terre dans les institutions de demain. Une analyse fine et originale des évolutions de notre siècle et un message plein d’espoir sur le monde futur.

Temps des crises par Michel Serres
- Collection : Manifestes, Editions Le pommier - 84 pages - Prix : 10 €
- ISBN/EAN : 978-2-7465-0453-0 / 9782746504530
L'auteur : Michel Serres a été élève à l’École navale et à l’École normale supérieure. Agrégé de philosophie, il est membre de l’Académie française depuis 1990 et enseigne à l’Université de Stanford. 

lundi, 23 mars 2009

Eau

Forum mondial de l'eau : le bilan

Le 5e forum mondial de l'eau  vient de s'achever à Istanbul. La déclaration finale absolument non contraignante pour les états signataires a fait l'impasse sur la reconnaissance d'un "droit humain fondamental à l'accès à l'eau potable et à l'assainissement". Principaux opposants à cette reconnaissance : les Etats-Unis et le Brésil. Peur d'avoir à partager les ressources, peur d'avoir à payer pour les moins nantis… Responsabilité et partage ne semblent pas encore à l'ordre du jour.
Petite lueur néanmoins : une vingtaine de pays poussés par L'Espagne et les délégations latino-américaines ont publié une déclaration séparée où figure cette reconnaissance.
Et vraie rupture par rapport au forum de Mexico en 2006, "le besoin d'atteindre la sécurité hydrique" est affirmé dès le préambule ainsi que l'engagement pour l'économie de la ressource, notamment dans le secteur agricole, qui en est le plus gros consommateur (73% de l'utilisation de l'eau douce). Préserver les écosystèmes aquatiques, lutter contre les pollutions, renforcer les lois sur l'eau, lutter contre la corruption et faire participer le public aux décisions, ces nouveaux engagements font aussi partie de la liste.

L'occasion est toute trouvée pour se plonger ou se replonger dans les 416 pages du "petit précis de mondialisation" d'Erik Orsenna, L'avenir de l'eau, sorti cet hiver.

"Petit" ? épaisseur du propos ! "Précis" ? vaste étendue du thème ! "Mondialisation" ? "somme des réalités locales" !

dimanche, 8 février 2009

Evénements

L’Asie du Sud-Est sur la Péniche Anako

Février 2009 : le mois de l’Asie du Sud-Est sur la Péniche Anako de notre ami Patrick Bernard. Une superbe exposition costumes traditionels de Christian Vérot consacrée au Viêtnam "Les princesses de la montagne" ainsi qu’une programmation riche de projections débats et de ciné conférences…

L'expo plus en détail : des costumes authentiques complets, avec coiffe et bijoux, suspendus ou présentés sur mannequin, des tirages professionnels encadrés 53x73cm, des panneaux pédagogiques comportant textes et photographies ainsi que des pièces de tissage et de broderie.

Plusieurs films de Patrick Bernard seront projetés comme MONTAGNARDS DU VIETNAM, Retour chez les fils du Maître du Ciel, le vedredi 13 février;  BIRMANIE INTERDITE, Le retour d'un chef le samedi14 février, JARAWA, La rencontre interdite le dimanche15 février

Tout le programme et plus d'info sur http://peniche.anako.com/Agenda_5.html

Exposition du 7 au 27 février 2009, tous les jours de 14h à 18h sauf le lundi 
Péniche ANAKO
 Bassin de la Villette, 61 quai de Seine - 75019 Paris
 M° Stalingrad ou Riquet
photo © Christian Vérot

mercredi, 5 mars 2008

Société

la nouvelle narration du monde de Petrella

Maison d’édition canadienne, Ecosociété possède un catalogue fourni proposant de lire le monde autrement. Les titres en témoignent, qui abordent de nombreux problèmes de géopolitique, de société comme « La violence des villes » « Télé cannibale » ou « Les dérives de l’industrie de la santé ». Nombre d’ouvrages s’intéressent spécifiquement aux questions liées à l’écologie, l’environnement.  Le credo d’Ecosociété : « publier des ouvrages critiques afin de favoriser la réflexion sur une société plus humaine, respectueuse de la biosphère, libre et transparente ».   Beau projet dans lequel s’inscrit la parution récente  de l'ouvrage « Pour une nouvelle narration du monde » de Riccardo Petrella, économiste, politologue et grande figure de l’altermondialisme.
 Réflexion sur « la narration dominante » d’un libéralisme débridé, aux dépens des autres discours et mode de pensée, et d’une subordination du sens aux chiffres, cet essai propose une alternative à la « théologie universelle capitaliste » dominante.  Il s’agit rien moins que d’une réappropriation humaniste de principes fondateurs d’humanité, de solidarité, de paix, de droit à la vie prenant en compte ce bien commun qu’est la Terre. 
Pour Petrella, comme pour Lester Brown, rien ne semble jamais irréversible. En matière de gouvernance mondiale des échanges, la taxe sur les mouvements spéculatifs, dite taxe Tobin fait son chemin dans les esprits. Mais il faut aller plus loin encore et mettre en place également un système de prélèvement sur les produits et services générateurs de nuisance pour l’environnement, afin de financer des programmes de  développement pour les pays les plus pauvres. Il faut aussi multiplier à la base les alternatives citoyennes, changer les modes de comportement et de consommation pour un mieux-vivre ensemble. L’auteur en appelle à une nouvelle forme de gestion collectiviste de bien communs mondiaux que sont l’eau, l’air, l’espace, les forêts, l’éducation, la paix… Il souhaite aussi  le développement d’un mouvement alternatif, pour le moment essoufflé, qui s’appuierait sur un contrat social mondial, de l’avoir - accès aux biens communs et services essentiels - , démocratique, culturel, et favoriserait le développement durable. Un monde où dominerait la primauté d’une société en symbiose avec l’écosystème Terre et qui ne serait enfin plus dominée par la marchandisation de la vie. Une maison d’humanité, comme il le dit si joliment. L’utopie est-elle seulement une chimère ou plutôt, selon le concept platonicien, l’expression légitime d’une cité idéale, le miroir d’un futur possible?

Pour une nouvelle narration du monde
Ricardo Petrella
Editions Ecosociété, 2007

- page 1 de 2