Imaginature entête du blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot clef - Lorraine

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, 6 septembre 2012

Nature

Le Brame du cerf, le soir au fond des bois

Premier parc de faune européenne en France et classé parmi les 10 meilleurs sites en France pour l’observation et la découverte du phénomène naturel exceptionnel du brame du cerf, le Parc de Sainte-Croix organise, du samedi 22 septembre au dimanche 14 octobre 2012, de nombreuses animations dédiées : les soirées Brame, les matinales Brame, les matinales spéciales photographes et le Bivouac Brame. Voir la page thématique sur le site du Parc

Animations uniquement sur réservation. Il est également possible de voir et d’entendre le Brame en journée lors d’une visite libre du Parc.

Cette année, une passerelle nouvellement construite permet un point de vue exceptionnel sur la plaine des cervidés et permet de pénétrer sur leur territoire en toute discrétion.

Parc Animalier de Sainte-Croix 57810 Rhodes - Lorraine

http://www.parcsaintecroix.com

mercredi, 15 août 2012

Nature

La saison des mirabelles est revenue

« On ne saurait lui comparer aucun fruit. On ne saurait opposer à la finesse de sa chair aucune autre pulpe. A son identité aucune autre origine. Partout, elle est chez elle, vergers de Meuse ou de Moselle, pentes des Vosges ou coteaux de Meurthe et Moselle, elle est reine … » Les mots de l’écrivain Jean Vautrin, Prix Goncourt et originaire de Lorraine, résument l’affaire.

On ne sait pas grand-chose des origines de la mirabelle, sinon qu’elle est en terre lorraine depuis des siècles et qu’elle s’y plaît. Ce mystère ouvre la voie à toutes les hypothèses et bien des légendes. Introduite par les légions romaines, par les ducs d’Anjou et de Lorraine ou venue d’Orient, qui sait ? La légende forgée par l’abbé Miot de Foug lui prête l’intervention de Saint-Nicolas, patron des Lorrains. « Du sol lorrain seul apanage ce fruit ailleurs sera dur et sauvage », aurait dit l’évêque de Myre. Car le climat rustique des lieux et ses sols lourds et argileux sont une bénédiction pour la prune d’or.

La mirabelle est le premier fruit à recevoir en 1996 le label européen IGP (Indication Géographique Protégée). L’eau-de-vie, elle aussi, dispose d’une appellation exclusive « Mirabelle de Lorraine » depuis 1953 qui certifie qualité et provenance. La saison des mirabelles ouvre vers le 15 août et on les trouve sur les marchés pendant cinq semaines environ. Le nec plus ultra de la dégustation reste la tarte maison réalisée avec les fruits cueillis au jardin, servie encore tiède, où le jus coulé par endroits caramélise finement la pâte et les prunes dorées. Péché de gourmandise.

samedi, 30 juin 2012

Nature

Les gorilles, espèce emblématique

La consommation des pays riches entraîne la disparition de plus en plus d’espèces animales vulnérables sur l’ensemble de la planète. Chasse et destruction de leur habitat par exploitation forestière, agricole ou minière, en Afrique, en Indonésie, en Chine, au Mexique, au Brésil… la liste semble s‘allonger inexorablement. Pourtant certains continuent de lutter avec détermination pour tenter d‘enrayer ce fléau. Parmi ceux-ci, le zoo d‘Amnéville vient de lancer une opération d‘envergure en inaugurant un nouvel espace ambitieux dédié à une espèce emblématique, les gorilles, classés en danger critique d‘extinction sur la liste rouge de l‘UICN. Cette action aux visées de sensibilisation est adossée à son propre programme de conservation en Afrique via l‘ONG Awely, partenaire de longue date. 

Au Cameroun, à cinq heures de route de Yaoundé, en bordure de la réserve de faune du Dja, classée réserve de Biosphère par l‘Unesco, Awely démarre la construction d‘une école pour les enfants déscolarisés depuis plusieurs années. Elle sera la première marche pour l‘espoir d‘études plus longues afin de diversifier les activités des populations locales victimes de la pauvreté et faire baisser ainsi la pression de la chasse pour le commerce de la viande de brousse. Une plantation de cacao gérée par les parents sera installée pour générer un revenu. Des ateliers pédagogiques pour sensibiliser les enfants à la protection des gorilles et de la forêt compléteront ce dispositif. L‘étude menée aux principaux points de sortie de la viande sur le secteur pour bien appréhender les menaces en matière de chasse pesant sur les gorilles permettra d‘envisager la création de microprojets de revenus alternatifs là encore. Une démarche au plus près des besoins des populations, cohérente avec la réalité de cette interdépendance homme-animal. C‘est la philosophie fondatrice d‘Awely et ce programme s‘inscrit en hommage au co-fondateur du Zoo d‘Amnéville, décédé l‘été dernier, qui s‘investissait très largement pour la conservation de la faune sauvage.

à Amnéville, vous pourrez découvrir huit gorilles de l‘Ouest (Gorilla gorilla) en deux groupes distincts avec à leur tête chacun, un “dos argenté”, dont le plus imposant pèse 220kg et mesure deux mètres ! Un investissement financier de 11 millions d‘euros et deux années de travail ont permis de créer une installation exceptionnelle, la plus grande au monde avec celle du zoo du Bronx à New York dont elle s‘inspire. Émotion garantie lors de la visite.

photos © Christian Desgorces / Zoo d'Amnéville sauf Visiteurs © Imaginature

• Gorilla’s camp, nouvel espace dédié aux gorilles, Zoo d’Amnéville, entre Metz et Thionville, ouvert tous les jours toute l‘année, 
www.zoo-amneville.com 
• Awely, des animaux et des hommes, programme Jean-Marc Vichard pour les gorilles avec le Zoo d‘Amnéville  
www.awely.org 

samedi, 5 novembre 2011

Photographie

Les lumières du crépuscule

Une remarquable exposition du photographe naturaliste Vincent Munier qui explore les subtiles clartés du jour accompagnée de textes de l’écrivain Pierre Pelot, scénographiée par le Museum Aquarium de Nancy. Jusqu'au 30 avril 2012. Tout au long de son parcours déjà impressionnant, Vincent Munier a su capter comme nul autre ces lueurs, ces reflets, ces ombres subtiles que dessinent les heures bleues du début et de la fin du jour, aussi bien dans ses Vosges natales qu’aux confins de la planète.

Dans ses photos se ressent toute sa passion qui magnifie des influences sans conteste asiatiques où les frontières de la photo, du dessin et de la gravure s’estompent dans une poésie des formes et des teintes. L’épure, la simplicité, la quintessence, dire l’essentiel en quelques touches et pourtant derrière tout cela un travail incroyable,une maîtrise technique exceptionnelle, une prouesse physique dans des conditions climatiques extrêmes, le plus souvent. « J’essaie d’être à la frontière du réel et de l’imaginaire !? mais c’est un peu prétentieux ! J’aime lever juste légèrement le voile … pour rester dans la suggestion », ce sont les termes précis de Vincent Munier, membre de l’International League of Conservation Photographers, pour décrire son travail lors d’une interview pour le projet Wild Wonders of Europe. Avec une constance dans ses choix esthétiques, il a construit pas à pas une œuvre véritable, avec une patience, une exigence, un œil, qui plus qu’un photographe en font un artiste et un artiste engagé. C’est cette sensibilité, en convergence avec sa propre philosophie pédagogique et de protection de la nature, que le Muséum Aquarium de Nancy a voulu donner à voir, dans une exposition initiée et scénographiée par ses équipes, avec une réussite indiscutable.

Texte © Imaginature - Photos ci-dessus © Vincent Munier et Muséum Aquarium de Nancy

Lire la suite...

mardi, 16 novembre 2010

Livres - articles

Au fil des songes, à fleur d'eau…

A l'Est du nouveau : deux livres où les photographes donnent à voir un poétique et fascinant hommage à leurs racines. Un excellent choix de cadeau pour les Fêtes qui approchent !
Après avoir sillonné les endroits les plus sauvages de la planète et vécu pour la deuxième année consécutive une célébration internationale de son travail à Montréal, Vincent Munier retrouve une nouvelle fois les Vosges qu'il chérit, son "camp de base". Complicité et partage sans faille entre le père et le fils, remettant leurs pas dans les années où Michel initiait Vincent à la photographie dans les mêmes chemins de ce territoire qui les marque tous deux de son sceau, comme une suite à "Clair de Brume" dans une histoire sans fin, cet ouvrage est un "playdoyer pour les espèces, pour les paysages et pour le vivant" selon les mots de Vincent. Toutes les photographies ont été réalisées en Lorraine, sur les étangs, les tourbières, ou dans les anciennes forêts de l'Est de la France. Pour accompagner les images-poèmes de Vincent et Michel, les mots de Charlélie Couture composent sept poèmes-texte. Le soutien de la Région Lorraine au projet a réuni ces trois enfants du cru. Charlélie le Nancéen, à la palette multiple, parti vivre à New York pour vivre plus intensément sa carrière de peintre plasticien, loin des étiquettes que le vieil hexagone accroche dans le dos des artistes, a retrouvé la musique des mots et les paysages de ses racines pour faire écho au style si personnel des Munier père et fils qui cisèlent des tableaux du vivant avec leur objectif. Et pour l'occasion, Vincent a créé sa propre maison d'édition !

"150 Photographies réalisées en lumière in situ, au cœur d'une eau limpide et sous un soleil généreux" dans l'intimité des lacs des lacs de son enfance : passion et poésie guident là encore Michel Loup le Jurassien, professionnel récompensé lui aussi plusieurs fois comme Vincent au prestigieux concours de la BBC "Wildlife Photographer of the Year" notamment pour ses images subaquatiques. Liens indéfectibles à un lieu, quête sans relâche, ces constantes sont sûrement parmi les clés du talent de ces passionnés. Magie et fantastique surgissent au détour des paysages d'eau et de lumière qui naissent devant nos yeux, traversés par brochets, grenouilles ou crapauds, princes d'un royaume dont Michel Loup nous ouvre les portes en grandiose. La biologiste et journaliste suisse Aino Adriaens accompagne élégamment de ses mots cette immersion fascinante dans un monde qu'on dit du silence et qui ici nous parle en toute aisance grâce à ces passeurs.

Rendez-vous à Montier-en-Der pour rencontrer Vincent et Michel Munier et Michel Loup et puis admirer leurs dernières expositions, ils seront présents.

Au fil des songes
Photographies Michel et Vincent Munier, Texte CharlElie Couture
Editions Kobalann, Prix : 42 euros le livre signé par les auteurs
Format : 24,5 x 27 cm / 224 pages

Le meilleur moyen d'acquérir cet ouvrage, rendez-vous sur la boutique en ligne du site de Vincent. Les exemplaires signés par les auteurs y sont disponibles :
http://www.vincentmunier.com/shop.html


A fleur d’eau
Photographies Michel Loup, texte Aino Adriaens (biologiste & journaliste), Préface  Blaise Mulhauser (Conservateur au musée d'histoire naturelle de Neuchâtel)
Titom Editions, Prix : 58 euros
Format : 30 x 32.5 cm / 191 pages

Le site de Michel Loup : http://www.michelloup.com/

mercredi, 6 février 2008

Climat

Vent contraire

Le dirigeable « Total Pôle Airship » de l’explorateur Jean-Louis Etienne ne passera pas par la Lorraine ! Ce dernier devait faire un arrêt en mars 2008 sur la base aérienne de Chambley, en Meurthe-et-Moselle, avant de partir en expédition durant deux mois au Pôle Nord afin de mesurer l’épaisseur de la banquise à partir de ce « plus léger que l’air » spécialement construit en Russie. (Voir notre billet du 28 octobre 2007). Le Conseil Régional de Lorraine avait fait édifier en novembre 2007 pour 1,2 millions d’euros un hangar géant spécialement conçu afin d’accueillir l’aéronef pour les essais en vol.
Pas de chance, Jean-Louis Etienne avait alors préféré la Provence à la Lorraine. Un mauvais choix, semble-t-il. Un violent coup de vent a désamarré et pulvérisé son ballon à hélium contre une maison à Faïence le 22 janvier dernier. Triste fin, même provisoire, pour une expédition scientifique qui a demandé trois ans de préparation. De son côté, faisant contre mauvaise fortune bon cœur, Jean-Pierre Masseret, président du Conseil Régional de Lorraine, assure que des contacts sont pris, notamment aux Etats-Unis, pour accueillir sur Chambley d’autres ballons dirigeables dans le beau hangar vide.
Jean-Louis Etienne, lui, ne jette pas pour autant l’éponge. Ce n’est pas dans sa nature. Après les évaluations des assureurs, il compte bien remettre le projet en marche, avec le soutien et la confiance sans faille de Total, son sponsor. Mais il lui faudra sans doute attendre le début de l’année prochaine pour accomplir la mission scientifique dans les meilleures condtions. D’ici là, Jean-Louis Etienne ne manquera pas d'occupations. Il a, en effet, été nommé, en octobre 2007, directeur général de l’Institut océanographique, Fondation Albert 1er. L’Institut dispose de deux établissements, l’un situé à Paris, l’autre à Monaco. Pour tout savoir : www.oceano.org