Imaginature entête du blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot clef - Gaston-Paul Effa

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, 15 mars 2012

Livres - articles

Gaston-Paul Effa : l'initiation à un monde métissé

L'écrivain Gaston-Paul Effa signe un nouveau roman où son Afrique natale tient le rôle-titre, Afrique d’où le narrateur vient et où il revient pour achever une quête initiatique. À mi-chemin entre conte philosophique plein de poésie et autobiographie librement inspirée, il nous emmène plus loin qu‘un questionnement identitaire individuel vers une réflexion sur l’évolution des sociétés humaines. Il s’inscrit en plein dans l’air du temps, résonnant de concert avec d'autres œuvres et quelques polémiques du moment en France.

• Je la voulais lointaine, Gaston-Paul Effa, Editions Actes Sud. Le sanglot de l’homme noir, Alain Mabanckou, Éditions Fayard, et aussi Black Bazar, album CD publié chez Lusafrica, produit par A. Mabanckou. 

• La France noire, Trois siècles de présence, sous la direction de Pascal Blanchard, Éditions de La Découverte • Noirs de France, série documentaire en 3 volets réalisée par Pascal Blanchard et Juan Gélas, DVD, Éditions Phares et Balises. 

• Exhibitions : l'invention du sauvage, exposition au Musée du Quai Branly, Paris, jusqu'au 3 juin 2012.

Lire la suite...

mercredi, 4 mars 2009

Livres - articles

La médecine en question

La chronique de Gaston-Paul Effa
Marc Menant : La médecine nous tue (éditions du Rocher, 183 p., 17 euros)

Voici une voix qui s’élève contre  l’abus des antibiotiques dès le plus jeune âge, des tranquillisants au moindre vague à l’âme, des pilules du bonheur pour tous !

Rassurantes les annonces de traitements révolutionnaires contre l’obésité, la fatigue chronique, l’irritabilité, l’anxiété, les palpitations, les crampes musculaires, les maux de tête, les vertiges, les paresthésies, le diabète, ô combien handicapantes ces maladies et pourtant qui n’existent pas en tant que telles. Dans la plupart des cas, elles sont uniquement déclenchées par la consommation régulière d’éléments à indice glycémique élevé, sucre et farines blancs, produits industriels vides de toute calorie aux nuisances catastrophiques. J’enfile la blouse blanche du biologiste et tente l’explication au « comment ça marche ? ». L’auteur donne un coup de bec aux croyances et aux certitudes de la médecine. Il démonte le paradoxe d’une médecine qui infantilise et abuse des patients. Après avoir butiné chez Diogène, Sénèque ou Epicure, figures oubliées qui célébraient déjà l’esprit sain dans un corps sain, Marc Menant rend vigilant à l’urgence d’une reprise en main de soi. L’exercice physique quotidien, la discipline corporelle nous dégageraient de la tutelle médicamenteuse dans laquelle nous nous complaisons. Apprendre à vivre, sans avoir autre chose à faire que vivre, vivre tout court, réinvestir l’existence, tel est le credo de ce livre qui se dévore comme un roman.  

Redevenir les acteurs de notre propre vie

Dans une écriture chirurgicale, précise, aiguë, enracinée,  Marc Menant entonne un grand hymne à la vie. Livre inattendu en  cette rentrée consensuelle. S’il est vrai que ce texte peut jeter un jour neuf sur notre rapport au monde et à nous-mêmes, il nous donne la clé pour descendre au plus profond du spectacle du corps humain aux abois, pour nous encourager à redevenir les acteurs de notre propre vie. Au fil des pages, on apprend à fréquenter des monuments scientifiques tel Pasteur, dans l’admiration et la distance. C’est cette image-là, effroi et volupté conjoints, que retient La médecine nous tue. Car jusque dans son accusation des abus de la médecine, l’essai de Marc Menant n’en est pas moins réconciliation de l’homme avec une certaine idée de la médecine.

A lire et à faire lire.

Gaston-Paul Effa

Marc Menant est l'un des invités de la prochaine soirée littéraire de l'association Pour les arts du monde à Sarrebourg, le 6 mars 2009. Voir le billet précédent.

À consulter : le site de Marc Menant

mardi, 3 mars 2009

Evénements

Dîner avec Calixthe Belaya et Marc Menant chez Gaston-Paul Effa !

Vendredi 6 mars, Gaston-Paul Effa reçoit deux hôtes d'excellente compagnie pour une soirée littéraire et dînatoire organisée par son association "Pour les arts du monde" dans son restaurant de Sarrebourg "La Table des Tropiques".

Calixthe Belaya  vient de publier "Le roman de Pauline" (Albin Michel). "Livre du désenchantement, il jette un jour neuf sur la vie des banlieues, sur l'adolescence qu'elle éclaire d'une singulière lumière", comme nous le décrit Gaston-Paul. "Profondément moderne par les thèmes qu'elle aborde, son engagement même, l'écriture de la romancière frappe comme un poing", poursuit-il.

À ses côtés, Marc Menant vient présenter" La médecine nous tue" (Le Rocher). Cet ancien journaliste qui débuta sa carrière sur RTL dans les années 70 est bien connu des auditeurs d'Europe 1 pour son émission "Label vie" consacrée aux médecines "différentes" qu'il a animé jusqu'à fin 2008. Il critique dans son ouvrage la "sacralisation" de la médecine où la parole du médecin devient "parole d'évangile" et aboutit à une perte d'autonomie de la volonté de l'individu "patient". Il dénonce une perversion du système de santé qui à trop vouloir  nous guérir pourrait nous tuer. Vaccinations à outrance, surmédication, dérives médicales, toxicité des médicaments…, le constat de Marc menant est sévère mais invite le lecteur à reprendre en main sa propre santé dans des choix raisonnés et à réfléchir à sa propre philosophie de vie.

Voir aussi ici la chronique de cet ouvrage par Gaston-Paul Effa.
Restaurant Associatif "A la Table des tropiques"
9 rue Maréchal Foch 57400 SARREBOURG
Tél : 03-87-07-89-29
Conférence dînatoire du 6 mars. Sur réservation uniquement. 39 euros / personne
“Un lieu qui réconcilie, qui apaise et qui nourrit”
Gaston-Paul Effa
(Gaston-Paul est aussi un des piliers fondateurs d'Imaginature, pour ceux qui arriveraient ici sans avoir lu les billets précédents !)

lundi, 5 janvier 2009

Livres - articles

Voeux pour la planète par Gaston-Paul Effa

Pour Imaginature, un texte en exclusivité de Gaston-Paul Effa
qui est l'un des membres fondateurs de l'association
   

Nous sommes sur le chemin qui éloigne
de tous les autres.
Drôle d'entrée, pas drôle du tout, dans l'an neuf.
Ecoutons le dernier essai du chant
d'un rossignol fatigué et désabusé
L'appel du baobab s'élève et tombe
plus pauvre que la voix
Le coton ressemble à de la cendre grise
Le poète nous dit :  là où est le plus
grand danger, là est le salut
Alors osons balayer le moi sous notre peau
pour basculer dans la lumière et l'espérance.

Bonne Année 2009 à notre terre !

Gaston-Paul Effa

Nous avons parlé ici de son dernier livre  "Nous, enfants de la tradition"

photo © Imaginature - reproduction interdite sans autorisation

dimanche, 6 avril 2008

Livres - articles

Gaston-Paul Effa, enfant de la tradition

Gaston-Paul Effa vient de publier aux  le très beau "Nous, enfants de la tradition" (éditions Anne Carrière). Il mène à Sarrebourg en Moselle-Est une triple vie d’écrivain, de professeur de philosophie et de restaurateur solidaire à la (succulente) "Table des Tropiques". Il est aussi président du prix littéraire lorrain Erckmann-Chatrian, l’un des plus anciens prix français avec le Goncourt, et critique littéraire.
Dans une langue limpide, riche, imagée, Gaston-Paul nous mène, à travers ce récit singulier, au cœur de l’Afrique des croyance, des esprits. Un univers où sous le baobab se transmettent d’animistes héritages. Celui de l’oiseau fétiche, de l’esprit des morts, celui des transes et des malédictions, des visions chamaniques, des rituels millénaires aux antipodes de notre cartésianisme occidental dénaturé.
Gaston-Paul fait partie des membres fondateurs de l’association Imaginature et il participera le 17 avril aux côtés du professeur Jean-Marie Pelt, président de l’Institut Européen d’Ecologie à un café philosophique sur le thème : "Nature et sacré".

Jeudi 17 avril à 18h15 à la salle Europa de Montigny-lès-Metz : café philo "Nature et sacré" avec Jean-Marie Pelt et Gaston-Paul Effa
Photo Gaston-Paul Effa :  © Imaginature

reproduction interdite sans autorisation