Imaginature entête du blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, 28 mai 2012

Environnement

L'observatoire de la biodiversite sur le net

Ce nouveau site présente les indicateurs de biodiversité développés par l'observatoire national de la biodiversité (ONB). La nouvelle stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) se dote d'indicateurs robustes, élaborés en concertation, compréhensibles par le plus grand nombre et utilisés pour orienter l'action en faveur de la biodiversité. Ces premiers indicateurs proposés sont organisés en réponse à de grandes questions de société concernant la biodiversité.
Ces propositions, accompagnées de l'ouverture de ce site le 22 mai 2012, Journée internationale de la biodiversité, s'enrichiront rapidement des travaux de l'ONB et des échanges autour des indicateurs publiés.

Afin d'améliorer les connaissance sur la faune, la flore, les paysages, les habitats naturels ou semi-naturels, près de 50 indicateurs sur l'état de la biodiversité sont déjà accessibles : état de la connaissance, surface d'aires marines protégées, artificialisation du territoire, nombre d'espèces menacées, dépense nationale pour la biodiversité, déplacement des espèces dû au changement climatique, espèces exotiques envahissantes, évolution de la pollution des cours d'eau…

Le site de l'ONB : http://indicateurs-biodiversite.naturefrance.fr/

vendredi, 3 décembre 2010

Sciences

La science sous les projecteurs

Voici l'animation qui a reçu le prix du public au festival Les chercheurs font leur cinéma 2010, quatrième édition du festival de Très Courts Métrages de Vulgarisation Scientifique Île-de-France. Des jeunes chercheurs d'Île-de-France se transforment en cinéastes et réalisent des courts métrages de quelques minutes pour expliquer au grand public leur sujet de recherche !
Quand un phoque et un manchot discutent de la formation d'eau dense au large des côtes de l'Antarctique...
Réalisation : Maité Lacarra et Ara Arakelian
Production : Doc Up 2010 - durée : 6 min

<h2>Le petit manchot</h2> <p><p>Prix du public au festival <a title="festival les chercheursfont leur cinema" href="http://www.leschercheursfontleurcinema.fr" target="_blank"><em>Les chercheurs font leur cinéma</em></a> 2010.</p> <p><br />Quand un phoque et un manchot discutent de la formation d'eau dense au large des côtes de l'Antarctique...</p></p>

 

Et aussi :
• Un débat passionnant en ligne sur le site d'Universcience (video)
Science et science-fiction, unies pour toujours ?
en 3 parties - durée totale : 32 min
Avec Ursula Bassler, spécialiste de physique des particules, et Roland Lehoucq, astrophysicien.

• L'émission radiophonique Sciences Publiques / France Culture du 15/10/2010 - à réécouter en ligne.
"Comment redonner le goût des sciences aux élèves?"
La disparition de Georges Charpak, prix Nobel de physique en 1992, amène à faire le point sur l'une de ses initiatives les plus fécondes : La main à la pâte, une méthode d'enseignement des sciences en primaire. Tout le monde loue cette approche concrète. Mais la méthode n'est pas encore généralisée en primaire et elle commence à peine à être adaptée au collège. Pour quelles raisons ?

 

Pour mémoire, des lieux de science utiles et agréables à fréquenter :

La Cité des Sciences à Paris
http://www.cite-sciences.fr/

L'émission Continent Sciences sur France Culture (le lundi de 14h à 15h - Durée moyenne : 57 minutes)
http://www.franceculture.com/emission-continent-sciences.html-0

L'émission Sciences Publiques sur France Culture (le vendredi de 14h à 15h - Durée moyenne : 60 minutes)
http://www.franceculture.com/emission-science-publique.html-0

L'excellent blog "En quête de science" http://sciences.blog.lemonde.fr/

Le site Futura-Sciences, et sa rubrique Environnement http://www.futura-sciences.com/fr/environnement/

Les dossiers du site Sagascience du CNRS  http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/saga.htm

lundi, 30 mars 2009

Eau

L'avenir de l'eau selon Erik Orsenna

Nous en parlions dans le précédent billet à propos du forum mondial de l'eau. Continuons la conversation : Après Voyage au pays du coton - Petit précis de mondialisation I (Fayard 2006), Erik Orsenna poursuit l'écriture  de ce qu'on pourrait nommer des carnets de bourlingueur, mi-économiste mi-troubadour.
Il offre dans ces pages sa plume-lyre aux scientifiques qu'il interroge pour nous rendre le monde plus intelligible. "L'Avenir de l'eau" ? à cause du coton bien sûr !  son enquête sur la plante la plus gourmande en eau l'a en droite ligne menée vers cette problématique cruciale pour le XXIe siècle.
Vulgarisateur inspiré dans ce 2e "petit précis de mondalisation", Monsieur Orsenna de l'Académie française est l'Albert Londres de l'élément Bleu, reporter promeneur au long cours (5 mois d'enquête sur 2 ans) " un Kerouac transformé en water-trotter" selon la pittoresque expression de l'un de ses lecteurs.
Dans la vaste thématique Eau, il nous avait déjà livré un superbe "Portrait du Gulf Stream". Ici en quelque 400 pages qui se faufilent avec aisance et plaisir entre nos neurores, (ne pas se laisser effrayer par l'épaisseur, le format du livre étant compact et fort ergonomique pour une lecture aisée - merci à l'éditeur), Erik Orsenna impose sa démarche toute en transversalité, faites de fragments, d'éclairages variés sur les multiples facettes de l'eau en maints endroits de la planète.

"Transversalité" ? notre credo ici, alors vous pensez bien qu'on se sent en osmose !

Aux remarques d'un chroniqueur poil à gratter du PAF qui lui reprochait de noyer le poisson sous le brio de son écriture  bref d'être un imposteur, de ne pas avoir fait une somme scientifique, indigeste, comme se doit d'être toute somme scientifique dans l'imaginaire des chroniqueurs mondains, l'académicien sut fermement mais toujours avec le sourire clore le bec !
C'est pour cela qu'on l'aime Erik Orsenna, parce qu'il sait user de son talent comme véritable passeur de savoir, parce qu'il sait montrer le foisonnement d'un monde complexe en nous donnant l'envie de connaître, d'apprendre, d'en savoir plus… en nous donnant l'envie de comprendre.
Non il n'est pas expert mais oui il nous donne les clés de notre monde.
Il crée un dialogue "boule de neige", chaque lecteur peut continuer à tricoter pour son compte, chercher, fouiller, changer ses habitudes, s'améliorer, agir en "connaissance" de cause… La vraie fonction d'un livre en somme : changer un peu le monde où nous vivons !
Et un dialogue qui se continue au fil des jours (au fil de l'eau ?) sur un blog dédié qu'il a imaginé lorsque, au passionné qu'il est, il est resté des pages et des pages ne pouvant plus entrer dans le livre. Et comme le dit un de ses lecteurs : "des écrivains de cette stature qui donnent des pages inédites gratos sur le web, ça ne court pas les rues !"  Merci Monsieur Orsenna.

L'avenir de l'eau
Petit précis de mondialisation II
Erik Orsenna de l'Académie française
Éditions Fayard - 416 pages

lundi, 23 mars 2009

Eau

Forum mondial de l'eau : le bilan

Le 5e forum mondial de l'eau  vient de s'achever à Istanbul. La déclaration finale absolument non contraignante pour les états signataires a fait l'impasse sur la reconnaissance d'un "droit humain fondamental à l'accès à l'eau potable et à l'assainissement". Principaux opposants à cette reconnaissance : les Etats-Unis et le Brésil. Peur d'avoir à partager les ressources, peur d'avoir à payer pour les moins nantis… Responsabilité et partage ne semblent pas encore à l'ordre du jour.
Petite lueur néanmoins : une vingtaine de pays poussés par L'Espagne et les délégations latino-américaines ont publié une déclaration séparée où figure cette reconnaissance.
Et vraie rupture par rapport au forum de Mexico en 2006, "le besoin d'atteindre la sécurité hydrique" est affirmé dès le préambule ainsi que l'engagement pour l'économie de la ressource, notamment dans le secteur agricole, qui en est le plus gros consommateur (73% de l'utilisation de l'eau douce). Préserver les écosystèmes aquatiques, lutter contre les pollutions, renforcer les lois sur l'eau, lutter contre la corruption et faire participer le public aux décisions, ces nouveaux engagements font aussi partie de la liste.

L'occasion est toute trouvée pour se plonger ou se replonger dans les 416 pages du "petit précis de mondialisation" d'Erik Orsenna, L'avenir de l'eau, sorti cet hiver.

"Petit" ? épaisseur du propos ! "Précis" ? vaste étendue du thème ! "Mondialisation" ? "somme des réalités locales" !

mardi, 13 novembre 2007

Eau

Quand meurent les grands fleuves

« Quand meurent les grands fleuves » de Fred Pearce (Calmann-Lévy, mai 2006), enquête sur la crise mondiale de l’eau. Cette somme est écrite par un journaliste scientifique anglais dont les rapports sur l’environnement pour les Nations Unies, l’Unesco et la Banque mondiale font autorité. Pearce fait l’hypothèse que l’eau sera au XXIe siècle ce que le pétrole fut au XXe siècle : l’enjeu d’une compétition vitale, féroce même au fur et à mesure de l’inexorable raréfaction de cette ressource essentielle. L’homme consomme en effet plus d’eau douce que la planète ne peut simultanément en fabriquer. Il le fait depuis longtemps avec une inconscience suicidaire qui se traduit aujourd’hui par des sécheresses à répétition préfigurant la grande crise mondiale de l’eau à venir inévitablement. « Rien, pas même les changements climatiques, n’influera autant sur l’avenir de l’humanité au cours du siècle à venir que le devenir des cours d’eau» assure Pearce qui se veut pourtant optimiste malgré un panorama mondial en forme de bilan alarmant : « L’eau est, après tout, LA ressource renouvelable par excellence… »