Imaginature entête du blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot clef - Développement durable

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, 17 octobre 2010

Développement durable

Prix Pinocchio 2010 du développement durable : Votez !

Tout le monde est invité à voter en ligne sur www.prix-pinocchio.org, le site dédié à l'initiative des associations Les Amis de la Terre, Peuples Solidaires et du CRID (Centre de Recherche et d’Information pour le Développement) qui est un collectif de 54 associations de solidarité internationale.
Tous ensemble, ils se préoccupent de sensibiliser les citoyens sur la responsabilité des entreprises françaises. La remise des prix, ouverte au public, se déroulera le 9 novembre 2010 à Paris, au Comptoir Général 80, quai de Jemmapes - 75010 Paris à partir de 18h. Il s'agit de la 2e édition, la première ayant eu lieu il y a deux ans.
Ce coup de projecteur veut dénoncer les impacts négatifs de certaines entreprises françaises, en totale contradiction avec le concept de développement durable qu'elles utilisent abondamment. Pour dénoncer publiquement le décalage entre les "beaux discours" et la réalité des actes, les organisateurs décernent trois prix "Pinocchio" grâce aux votes des internautes. La référence symbolique à la très personnelle conception de la vérité de la célèbre marionnette de Collodi n'aura échappé à personne.

• Un prix Pinocchio "Droits humains", remis à l'entreprise ayant perpétré les violations les plus graves des droits humains (y compris les droits sociaux, salariaux et sociétaux) parmi les nominés ;
• Un prix Pinocchio "Environnement", remis à l'entreprise ayant généré les impacts environnementaux les plus lourds parmi les nominés ;
• Un prix Pinocchio "Greenwashing", remis à l'entreprise ayant mené la campagne de communication la plus abusive et trompeuse au regard de ses activités réelles parmi les nominés.

Ces prix seront décernés par les internautes, sur la base de quatre nominés par prix.

Prix Pinocchio "Droits humains"

Sodexo : Le droit syndical passé au Kärcher.
Cameroun : Somdiaa sucre les droits.
Depuis qu’une vague de suicide frappe Orange, l’entreprise est sur la sellette…
GDF-Suez : le développement à marche forcée en plein cœur de l’Amazonie.

Prix Pinocchio "Environnement"

AXA, un investisseur réellement responsable ?
Total : les sables bitumineux, une menace intolérable pour le climat.
Eramet : Une mine de nickel en pleine forêt tropicale
Alstom : la lutte contre le changement climatique à coup de centrales à charbon.

Prix Pinocchio "Greenwashing"

Crédit Agricole : la banque plus verte (« It’s Time for Green Banking »)
SNCF Zéro Carbone.
Aéroport de Beauvais-Tillé.
Renault/Dacia : le retour du 4x4 écolo.

Voir ici le détail : http://www.prix-pinocchio.org/nomines.php ou sur  http://www.cdurable.info qui reprend de façon synthétique les argumentaires du site du Prix concernant les nominés.

 "Les concepts de développement durable et de responsabilité sociale et environnementale des entreprise (…) sont souvent récupérés par les multinationales qui les utilisent pour redorer leur image auprès des citoyens, des décideurs publics et des actionnaires.  Les grandes entreprises françaises ne sont pas en reste, qui rivalisent d’ingéniosité pour se présenter comme des parangons de vertu, vidant le « développement durable » de son sens initial ".

L’édition 2009 avait pointé du doigt Bolloré pour la catégorie Droits Humains, Total pour la catégorie Environnement et EDF pour la catégorie Greenwashing.

Vous souhaitez assister à la cérémonie de remise des prix ?

le 9 novembre 2010 à Paris, au Comptoir Général 80, quai de Jemmapes - 75010 Paris à partir de 18h
Inscrivez-vous par par mail en précisant vos noms et coordonnées : prix.pinocchio@amisdelaterre.org

Mise à jour

Les résultats

Source : http://www.prix-pinocchio.org/rubrique.php?id_rubrique=7

Prix Pinocchio "Droits humains"

    * N°1 JL Vilgrain - Somdiaa - Sosucam avec 32% de votes

    * N°2 Sodexo avec 28% de votes
    * N°3 GDF-Suez avec 24% de votes
    * N°4 Orange avec 17% de votes


Prix Pinocchio "Environnement"

    * N°1 Eramet avec 39% de votes

    * N°2 Total avec 29% de votes
    * N°3 Alstom avec 19% de votes
    * N°4 AXA avec 13% de votes


Prix Pinocchio "Greenwashing"

    * N°1 Crédit Agricole avec 55% de votes

    * N°2 Renault/Dacia avec 20% de votes
    * N°3 SNCF Zéro Carbone avec 16% de votes
    * N°4 Aéroport de Beauvais-Tillé avec 9% de votes

mardi, 4 mai 2010

Livres - articles

Regards sur la ville durable

Vient de paraître aux éditions du CSTB

Dans cet ouvrage associant avancées technologiques et sciences humaines, les auteurs - Alain Maugard et Jean-Pierre Cuisinier, épaulés par une dizaine d'experts - pointent les différentes clés du changement et donnent des moyens d'actions comme rendre l'espace caméléon, devenir des fermiers urbains, utiliser de nouvelles formes de financement...

"Regard sur la ville durable", par Alain Maugard et Jean-Pierre Cuisinier, 275 pages, 35 euros. Editions du CSTB, 2010.

En savoir plus :  sur le site du CSTB / Centre Scientifique et Technique du Bâtiment  et sur le site Le Moniteur.fr (ci-dessous)


Regard sur la ville durable

03/05/2010 -

18:12 - Territoire

dimanche, 24 janvier 2010

Développement durable

Sir Nicholas Stern nommé au Collège de France

L’économiste britannique, Nicholas Stern, 64 ans, membre de la Commission Stiglitz, a été nommé pour un an  à la chaire "Développement Durable – Environnement, Energie et société" du Collège de France par l'assemblée des professeurs. Il a par ailleurs co-présidé avec Jean Jouzel (Giec) le groupe de travail « Lutter contre les changements climatiques et maîtriser l’énergie » du Grenelle de l’environnement.

Célèbre pour son rapport, publié en 2006, qui fait toujours référence, sur l’impact économique du changement climatique et qui chiffre avec précision le coût de l'inaction. « Réduire aujourd’hui les émissions à gaz à effet de serre représente un coût relativement modeste comparé au coût de l’inaction », annonçait à l’époque cet ancien vice-président de la Banque mondiale de 2000-2003, Chef du Service gouvernemental économique britannique jusqu’en 2007, titulaire d’une chaire à la London School of Economics et nommé directeur du Grantham Institute for Climate Change and the Environment toujours à la London School of Economics en 2008.

Il succède à cette charge au démographe Henri Leridon, premier titulaire. C’est en effet en 2009 que le Collège de France a ouvert pour cinq ans cette chaire consacrée au Développement durable traitant chaque année d'une nouvelle thématique.

Sa leçon inaugurale aura lieu le jeudi 4 février 2010, à 18 heures. Elle sera filmée et diffusée en léger différé sur le site (rubrique Audio-video - choix chaires annuelles)

Collège de France
 11, place Marcelin Berthelot
 75231 Paris Cedex 05
 Standard : 01.44.27.12.11 - Accueil : 01.44.27.11.47
http://www.college-de-france.fr 

Enseigner la recherche en train de se faire, telle est la devise du Collège de France. Les cours sont en accès libre sans inscription préalable.

Programme des Cours de Nicholas Stern, thématique « Gérer les changements climatiques, promouvoir la croissance, le développement et l'équité »

  1. 5 février 2010, de 10h00 à 12h00 : Les deux grands défis du 21e siècle : vaincre la pauvreté et gérer le changement climatique
  2. 19 février 2010, de 10h00 à 12h00 : L’éthique du changement climatique : L’environnement, avenir et carences
  3. 5 mars 2010, de 10h00 à 12h00 : Limiter l’émission de carbone dans les pays développés et en voie de développement : les opportunités et les politiques
  4. 19 mars 2010, de 10h00 à 12h00 : Un accord mondial pour une politique climatique: gérer le changement climatique pour entrer dans une nouvelle ère de progrès et de prospérité
  5. 2 avril 2010, de 10h00 à 12h00 : La politique, les politiques et les institutions: mettre en place et soutenir une nouvelle organisation internationale pour le développement, l'environnement et la justice.

Séminaire

Une conférence sur le thème "gérer le changement climatique" se déroulera les 7 et 8 juin à Paris au Collège de France. Elle est organisée par Nicholas Stern et Roger Guesnerie, titulaire de la chaire "Théorie Economique et Organisation Sociale". 

Le premier jour sera dédié à "l’économie du long terme". Le deuxième jour traitera du sujet "Stimuler l’Innovation". Les questions de risque, d’incertitude et de coopérations internationales seront mises en avant. Le programme définitif sera annoncé en Avril.

Illustration : page Audio-Video du site web du Collège de France.

Texte : © Imaginature

jeudi, 12 novembre 2009

Evénements

La Fête de la Science 2009


La 18e édition de la Fête de la Science se déroulera du 16 au 22 novembre 2009. Cet événement national et gratuit est organisé par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et il concerne toutes les sciences : sciences de la vie et de l’univers, mathématiques et sciences physiques, sciences humaines et sociales et bien sûr environnement et  développement durable… En 2008, 3.626 manifestations se sont déroulées à cette occasion sur toute la France.
Cette année, deux anniversaires majeurs sont à l’honneur cette année, : le bicentenaire de la naissance de Charles Darwin et le 400 ème anniversaire des premières observations faites avec une lunette astronomique par Galileo Galilei, dit Galilée, en écho à l'année mondiale de l'astronomie.

• Le site national de la Fête de la Science : http://www.fetedelascience.fr/
• La Cité des Sciences et de l'Industrie ouvre ces portes gratuitement pour la Fête de la Science,
les 20, 21 et 22 novembre 2009
Accès en métro : ligne 7, station Porte de la Villette en  bus : lignes 75, 139, 150, 152, 249, PC
Le site de la Cité des Sciences  http://www.cite-sciences.fr
• Les dossiers Sagascience du CNRS : http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/saga.htm
Une invitation à découvrir le foisonnement de la recherche française au cœur des laboratoires. Délibérément visuelle, la collection sagascience présente pour chaque dossier des photos, des vidéos, des animations 3D et des jeux interactifs. Etudiant, enseignant ou bien tout simplement curieux, chacun y trouvera une mine d’informations et d’illustrations originales, validées par les chercheurs.

mardi, 3 novembre 2009

Evénements

Batimat salon 2009 consruction durable

Placée sous le thème de la rénovation durable des bâtiments et de l’efficacité énergétique, cette 27ème édition du salon professionnel Batimat qui se tient à Paris tous les 2 ans est le plus grand rendez-vous international de la construction.
Avec près de 135 000 m2 d’exposition, 7 espaces et 48 pays représentés, il rassemble l’offre internationale la plus exhaustive de produits, de matériels et de services, et le plus grand nombre de professionnels français et internationaux (maîtres d’œuvre, maîtres d’ouvrage, entrepreneurs et distributeurs). C'est l'occasion de découvrir les solutions techniques, qui entreront dans les projets de construction et de rénovation durables de demain. Il est l’illustration d’un an d’engagement et de réalisations des professionnels pour concevoir le bâtiment de demain répondant aux recommandations du Grenelle de l’Environnement. 

Les maisons de demain

Ainsi à l'entrée du Parc des Expositions Porte de Versailles, BATIMAT en partenariat avec les magazines EcologiK et Architectures A Vivre, a installé une animation-phare : la construction de maisons Be-Green, deux maisons de ville en bois à empreinte écologique minimale et un bilan énergétique neutre, l'une de 90 m2 et l'autre de 140 m2 avec un étage partageant un espace commun (buanderie, local à vélos, garage...). La conception de ces deux maisons jumelées leur permet d'accueillir une personne à mobilité réduite. L'une des maisons est à énergie positive et l’autre passive (bilan énergétique proche de zéro). Ces dispositifs architecturaux obéissent aux principes bioclimatiques afin de capter l’énergie solaire en hiver et de s’en protéger à la saison chaude.

Autre idée intéressante, la Maison des Gestes et du Développement Durable, une maison itinérante conçue à partir d’une idée de Michel Chevalet. Ce projet permet de présenter aux professionnels et au grand public une vitrine technologique et une vulgarisation des techniques de construction correspondant aux nouvelles normes de 2012 en matière de consommation d’énergie, issues des avancées du Grenelle de l’Environnement. La Maison des Gestes et du Développement Durable est une maison modulaire bioclimatique de 80 m2 qui vise à réduire de 20% notre consommation énergétique. Après un premier tour de France, cette maison itinérante présente à BATIMAT 2009 (face au Pavillon 1) des solutions architecturales, techniques et environnementales BBC (à savoir 50 kW/heure/m2/an). Les objectifs de consommation définis en matière de chauffage et d’eau chaude sanitaire dans cette maison sont obtenus grâce à la conjugaison de plusieurs dispositifs : une isolation renforcée, une toiture végétalisée, un système de ventilation double flux, des doubles vitrages peu émissifs, une chaudière solaire à condensation, une façade couverte de panneaux photovoltaïques.

La Maison des Gestes et du Développement Durable est soutenue par le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire, l’ADEME, la fondation Prince Albert II de Monaco et GDF Suez.

Selon le 2ème rapport du WBCSD, présenté au printemps 2009, les bâtiments sont responsables de 40% de l’utilisation de l’énergie mondiale, or cette consommation pourrait être réduite de 60 % d’ici à 2050 par des efforts de constructions et de réhabilations adaptées.

Batimat - salon pour les professionnels

du 2/11/09 au 7/11/09

Paris Expo- Porte de Versailles - 75015 Paris - France

le site de Batimat : www.batimat.com

mercredi, 5 mars 2008

Société

la nouvelle narration du monde de Petrella

Maison d’édition canadienne, Ecosociété possède un catalogue fourni proposant de lire le monde autrement. Les titres en témoignent, qui abordent de nombreux problèmes de géopolitique, de société comme « La violence des villes » « Télé cannibale » ou « Les dérives de l’industrie de la santé ». Nombre d’ouvrages s’intéressent spécifiquement aux questions liées à l’écologie, l’environnement.  Le credo d’Ecosociété : « publier des ouvrages critiques afin de favoriser la réflexion sur une société plus humaine, respectueuse de la biosphère, libre et transparente ».   Beau projet dans lequel s’inscrit la parution récente  de l'ouvrage « Pour une nouvelle narration du monde » de Riccardo Petrella, économiste, politologue et grande figure de l’altermondialisme.
 Réflexion sur « la narration dominante » d’un libéralisme débridé, aux dépens des autres discours et mode de pensée, et d’une subordination du sens aux chiffres, cet essai propose une alternative à la « théologie universelle capitaliste » dominante.  Il s’agit rien moins que d’une réappropriation humaniste de principes fondateurs d’humanité, de solidarité, de paix, de droit à la vie prenant en compte ce bien commun qu’est la Terre. 
Pour Petrella, comme pour Lester Brown, rien ne semble jamais irréversible. En matière de gouvernance mondiale des échanges, la taxe sur les mouvements spéculatifs, dite taxe Tobin fait son chemin dans les esprits. Mais il faut aller plus loin encore et mettre en place également un système de prélèvement sur les produits et services générateurs de nuisance pour l’environnement, afin de financer des programmes de  développement pour les pays les plus pauvres. Il faut aussi multiplier à la base les alternatives citoyennes, changer les modes de comportement et de consommation pour un mieux-vivre ensemble. L’auteur en appelle à une nouvelle forme de gestion collectiviste de bien communs mondiaux que sont l’eau, l’air, l’espace, les forêts, l’éducation, la paix… Il souhaite aussi  le développement d’un mouvement alternatif, pour le moment essoufflé, qui s’appuierait sur un contrat social mondial, de l’avoir - accès aux biens communs et services essentiels - , démocratique, culturel, et favoriserait le développement durable. Un monde où dominerait la primauté d’une société en symbiose avec l’écosystème Terre et qui ne serait enfin plus dominée par la marchandisation de la vie. Une maison d’humanité, comme il le dit si joliment. L’utopie est-elle seulement une chimère ou plutôt, selon le concept platonicien, l’expression légitime d’une cité idéale, le miroir d’un futur possible?

Pour une nouvelle narration du monde
Ricardo Petrella
Editions Ecosociété, 2007