Imaginature entête du blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot clef - Biodiversité

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, 15 juin 2014

Environnement

API days, la fête des abeilles

C'est cinquième édition des Journées Nationales APIdays ! La grande fête de l'abeille !

Collectivités et entreprises se mobilisent pour la sauvegarde de l’abeille. Thème central de cette édition : l’Apiculture familiale en France et dans le monde en lien avec l’Année internationale de l’agriculture familiale. 

Les apiculteurs de l’UNAF et leurs partenaires vous donnent rendez-vous pour cet événement grand public gratuit, festif, pédagogique et militant en faveur de l’abeille, dans plus de quatre-vingt villes en France et dans les DOM-TOM. 

API days du 19 au 24 juin 2014


Organisateur = l'UNAF Union Nationale de l'Apiculture Française / Organisation à but non lucratif
La page Facebook de l'Union Nationale de l'Apiculture Française  / Abeille Sentinelle de l'environnement
Le site web de de l'Union Nationale de l'Apiculture Française  / Abeille Sentinelle de l'environnement
Pour mémoire : Lancé en Décembre 2005, par l’Union Nationale de l’Apiculture Française, « l’Abeille, sentinelle de l’environnement® » est un programme national de sensibilisation et d’information du grand public, des collectivités territoriales et des entreprises à la sauvegarde de l’abeille et des pollinisateurs sauvages.

mardi, 5 novembre 2013

Evénements

L'époustouflante forêt de Luc Jaquet et Francis Hallé

Un film de Luc Jacquet. Sur une idée originale de Francis Hallé. Une production Bonne Pioche. Au cinéma le 13 novembre 2013

À travers son nouveau film, Luc Jacquet nous emmène dans un extraordinaire voyage au plus profond de la forêt tropicale, au cœur de la vie elle-même. Sa rencontre avec le botaniste Francis Hallé a donné naissance à ce film patrimonial sur les ultimes grandes forêts tropicales, sanctuaires de la biodiversité planétaire. De la première pousse à l’épanouissement des arbres géants de la canopée, en passant par le développement des liens cachés entre plantes et animaux, ce ne sont pas moins de sept siècles qui s’écoulent sous nos yeux. Il était une forêt offre une plongée exceptionnelle dans ce monde sauvage qui reste dans son état originel en parfait équilibre et où chaque organisme - du plus petit au plus grand - joue un rôle essentiel.

Apprendre la nature 

Découvrez l'espace "Apprendre la nature" sur le site de Wild-Touch, l'association de Luc Jaquet. Le botaniste Francis Hallé (qui est à l'origine du projet cinématographique) a joué les professeurs le temps de 14 vidéos pédagogiques présentant les forêts tropicales primaires

Sensibiliser les enfants et les adolescents à la beauté des forêts tropicales et leur faire comprendre le rôle important que ces forêts tiennent dans le maintien global de l’équilibre de notre planète est un objectif clé des activités de Wild-Touch. Différents outils et activités sont ainsi développés par Wild-Touch en collaboration avec des partenaires pour toucher les enfants en cycle primaire et secondaire, ainsi que des groupes d’enfants en activités extra-scolaires.

Pastilles vidéos pédagogiques

Wild-Touch a suivi Francis Hallé dans les forêts tropicales du Pérou et du Gabon. Dans le cadre d’une série de pastilles vidéo pédagogiques, il prend le temps d’expliquer les phénomènes scientifiques cachés dans ces forêts, en donnant des exemples variés et détaillés. Voir les vidéos ci-dessous et les fiches pédagogiques associées à chaque épisode.

Kits pédagogiques en partenariat avec le CRDP

En partenariat avec le Centre Régional de Documentation Pédagogique de l’Académie de Paris (CRDP), Wild-Touch propose des documents d’accompagnement pédagogique autour du film IL ÉTAIT UNE FORÊT. Ces kits éducatifs sont disponibles sur Séance +, le site internet du CRDP.

Ateliers ludiques et pédagogiques avec Les Petits Débrouillards

En parallèle, Wild-Touch propose un stand événementiel d’animation scientifique sur la thématique de la forêt en partenariat avec Les Petits Débrouillards. Les animateurs prévoient une séquence d’expériences et de manipulations pouvant s’adapter suivant la disponibilité du public. Ces activités invitent à la réflexion sur la sauvegarde des forêts tropicales primaires.

mercredi, 22 mai 2013

Evénements

Planète Grenouille

• L'article de Catherine Vincent dans Le Monde

Pluie de grenouilles au Jardin des Plantes

Il pleut, il mouille, c'est la fête à la grenouille... Et c'est vrai qu'au Jardin des Plantes de Paris, les amphibiens sont de sortie ! Du 22 mai au 15 septembre, ils s'exposent en majesté sur les grilles de l'Ecole de botanique qui traverse sur sa longueur ce lieu historique, propriété depuis 1789 du Muséum national d'histoire naturelle. Une "Planète grenouille" sur laquelle nous entraîne le photographe Cyril Ruoso, sautant allégrement, en une soixantaine d'images, du Japon aux Etats-Unis en passant par les Alpes. (lire la suite sur le site du journal Le Monde)

mercredi, 20 mars 2013

Evénements

Pierre Rabhi - Au nom de la terre

"Je ne crois pas à la lutte qui serait simplement dans les éclats de colère. Je crois que la lutte aujourd'hui doit être dans -Je fais- ". Pierre Rabhi 

Pierre Rabhi est paysan, écrivain et penseur. Cet amoureux la Terre nourricière est considéré comme l'un des pionniers de l’agroécologie en France. Engagé depuis quarante ans au service de l’Homme et de la Nature, il appelle aujourd’hui à l’éveil des consciences pour construire un nouveau modèle de société où « une sobriété heureuse » se substituerait à la surconsommation et au mal-être des civilisations contemporaines.

Le film réalisé par Marie-Dominique Dhelsing s'intitule "Pierre Rabhi, au nom de la terre" et sort le 27 mars 2013.

Il retrace l’itinéraire d’un sage, du désert algérien à son expertise internationale en sécurité alimentaire. L’histoire d’un homme et de sa capacité hors du commun à penser et à agir en fédérant ce que l’humanité a de meilleur pour préserver notre planète des souffrances qu’elle subit.

PIERRE RABHI, AU NOM DE LA TERRE raconte le cheminement d’une vie et la conception d’une pensée qui met l’Humanité face à l’enjeu de sa propre destinée.

• en financement participatif sur Ulule pour aider à la diffusion en salles

http://fr.ulule.com/pierre-rabhi/ 

"Pour que ce film puisse circuler dans les salles de cinéma en France au-delà de la première semaine de sortie, nous avons besoin de vous et de votre contribution le premier mois de la sortie. De votre soutien, du soutien de vos réseaux ! Mais également de votre soutien économique"


PRESSE à lire / à voir sur le net (mis à jour au 30/3)

• "Pierre Rabhi, les clés du paradigme" par Hélène Delye / Le Monde

Extrait : "Bien sûr, je peux résoudre en grande partie le problème de la faim dans le monde. Je saurais le résoudre. Avec l'agroécologie, on peut nourrir les gens." Pierre Rabhi, 75 ans, est un des pionniers de l'agriculture biologique en France, l'initiateur du mouvement Oasis en tous lieux.

"Pierre Rabhi, vert tonique" par Coralie Schaub  / Libération - Next

bande - annonce :

http://next.liberation.fr/cinema/2013/02/01/pierre-rabhi-au-nom-de-la-terre_889972

http://www.premiere.fr/Bandes-annonces/Video/Pierre-Rabhi-Au-Nom-de-la-Terre-VF

samedi, 30 juin 2012

Nature

Les gorilles, espèce emblématique

La consommation des pays riches entraîne la disparition de plus en plus d’espèces animales vulnérables sur l’ensemble de la planète. Chasse et destruction de leur habitat par exploitation forestière, agricole ou minière, en Afrique, en Indonésie, en Chine, au Mexique, au Brésil… la liste semble s‘allonger inexorablement. Pourtant certains continuent de lutter avec détermination pour tenter d‘enrayer ce fléau. Parmi ceux-ci, le zoo d‘Amnéville vient de lancer une opération d‘envergure en inaugurant un nouvel espace ambitieux dédié à une espèce emblématique, les gorilles, classés en danger critique d‘extinction sur la liste rouge de l‘UICN. Cette action aux visées de sensibilisation est adossée à son propre programme de conservation en Afrique via l‘ONG Awely, partenaire de longue date. 

Au Cameroun, à cinq heures de route de Yaoundé, en bordure de la réserve de faune du Dja, classée réserve de Biosphère par l‘Unesco, Awely démarre la construction d‘une école pour les enfants déscolarisés depuis plusieurs années. Elle sera la première marche pour l‘espoir d‘études plus longues afin de diversifier les activités des populations locales victimes de la pauvreté et faire baisser ainsi la pression de la chasse pour le commerce de la viande de brousse. Une plantation de cacao gérée par les parents sera installée pour générer un revenu. Des ateliers pédagogiques pour sensibiliser les enfants à la protection des gorilles et de la forêt compléteront ce dispositif. L‘étude menée aux principaux points de sortie de la viande sur le secteur pour bien appréhender les menaces en matière de chasse pesant sur les gorilles permettra d‘envisager la création de microprojets de revenus alternatifs là encore. Une démarche au plus près des besoins des populations, cohérente avec la réalité de cette interdépendance homme-animal. C‘est la philosophie fondatrice d‘Awely et ce programme s‘inscrit en hommage au co-fondateur du Zoo d‘Amnéville, décédé l‘été dernier, qui s‘investissait très largement pour la conservation de la faune sauvage.

à Amnéville, vous pourrez découvrir huit gorilles de l‘Ouest (Gorilla gorilla) en deux groupes distincts avec à leur tête chacun, un “dos argenté”, dont le plus imposant pèse 220kg et mesure deux mètres ! Un investissement financier de 11 millions d‘euros et deux années de travail ont permis de créer une installation exceptionnelle, la plus grande au monde avec celle du zoo du Bronx à New York dont elle s‘inspire. Émotion garantie lors de la visite.

photos © Christian Desgorces / Zoo d'Amnéville sauf Visiteurs © Imaginature

• Gorilla’s camp, nouvel espace dédié aux gorilles, Zoo d’Amnéville, entre Metz et Thionville, ouvert tous les jours toute l‘année, 
www.zoo-amneville.com 
• Awely, des animaux et des hommes, programme Jean-Marc Vichard pour les gorilles avec le Zoo d‘Amnéville  
www.awely.org 

lundi, 28 mai 2012

Environnement

L'observatoire de la biodiversite sur le net

Ce nouveau site présente les indicateurs de biodiversité développés par l'observatoire national de la biodiversité (ONB). La nouvelle stratégie nationale pour la biodiversité (SNB) se dote d'indicateurs robustes, élaborés en concertation, compréhensibles par le plus grand nombre et utilisés pour orienter l'action en faveur de la biodiversité. Ces premiers indicateurs proposés sont organisés en réponse à de grandes questions de société concernant la biodiversité.
Ces propositions, accompagnées de l'ouverture de ce site le 22 mai 2012, Journée internationale de la biodiversité, s'enrichiront rapidement des travaux de l'ONB et des échanges autour des indicateurs publiés.

Afin d'améliorer les connaissance sur la faune, la flore, les paysages, les habitats naturels ou semi-naturels, près de 50 indicateurs sur l'état de la biodiversité sont déjà accessibles : état de la connaissance, surface d'aires marines protégées, artificialisation du territoire, nombre d'espèces menacées, dépense nationale pour la biodiversité, déplacement des espèces dû au changement climatique, espèces exotiques envahissantes, évolution de la pollution des cours d'eau…

Le site de l'ONB : http://indicateurs-biodiversite.naturefrance.fr/

samedi, 5 novembre 2011

Evénements

La biodiversité dans les bois parisiens

La Ville de Paris a pour particularité de gérer deux massifs forestiers d’envergure, situés extra muros et cependant enserrés dans un tissu urbain très dense (les bois de Boulogne dans le 16e arr. et de Vincennes dans le 12e arr.), qui ont été identifiés comme des réservoirs de biodiversité au niveau régional. En effet, plus de 500 espèces de plantes indigènes, dont certaines sont particulièrement remarquables (comme des fougères ou l’Épipactis à feuilles larges), se partagent une riche gamme de milieux, sur presque 2.000 hectares au total. La faune n’est pas en reste, avec de nombreuses espèces d’insectes (comme le Lucane ou le Grand Capricorne), plusieurs batraciens (dont le Crapaud accoucheur, protégé), une cinquantaine d’espèces d’oiseaux (dont le Martin-pêcheur ou le Bruant zizi), des mammifères (dont le Renard ou plusieurs espèces protégées de chauves-souris)…

En même temps, les bois de Vincennes et de Boulogne sont des lieux prisés par plus de 15 millions de visiteurs par an ! Comment préserver ces lieux de vie d’une riche biodiversité (accessoirement des poumons verts pour les villes environnantes), dans un contexte de haute fréquentation par le public ?

Un enjeu majeur sera notamment affirmé dans le Plan Biodiversité que la Ville de Paris finalise actuellement : améliorer les continuités écologiques entre les bois parisiens, les autres massifs forestiers d’Île-de-France, et Paris intra muros, dans ce contexte de haute pression de fréquentation.

Pour comprendre et connaître les réponses, assistez, à l'occasion de l'année internationale de la Forêt,  à la conférence "La Biodiversité dans les Bois parisiens" animée par Paul-Robert TAKACS, Conférencier & Chargé d’études floristiques à la Ville de Paris

Le jeudi 17 novembre 2011, de 18h à 20h

à l’auditorium de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), 

84 rue de Grenelle 75007 Paris (Métro Rue du Bac).

 Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles. Pour plus d’informations : Natureparif - 01 75 77 79 04

• Téléchargez le fichier pdf de la trame de la conférence (Fiches Powerpoint / 83 pages - 12,6 Mo environ)

mercredi, 13 avril 2011

Evénements

Mieux connaître et protéger les hirondelles !

Trois espèces d’hirondelles se reproduisent communément en Île-de-France : l’hirondelle rustique, l’hirondelle de fenêtre et l’hirondelle de rivage. Ces migratrices au long cours passent l’hiver en Afrique et reviennent vers la France à partir du mois de mars pour se reproduire. Hirondelles rustiques et hirondelles de fenêtre sont fortement liées à l’homme et au bâti pour leur site de nidification ; l’hirondelle de rivage quant à elle, comme son nom l’indique, ne quitte guère les zones humides naturelles (rivières, fleuves, falaises côtières) mais utilise assez volontiers des aménagements artificiels (carrières de sable, talus routiers, palplanches).

Longtemps considérées comme communes et non menacées, les trois espèces d'hirondelles ont connu ces dernières années des évolutions variées. Malgré un manque de données sur l’évolution régionale des populations d'Hirondelles rustiques, les effectifs actuels semblent inférieurs à ceux estimés en 1995 (cette baisse a été démontrée au niveau national sur la même période). Pour faire face à la disparition de son habitat naturel, l’Hirondelle de rivage a dû s'adapter à de nouveaux milieux. Suite à l’été 2006, l'Hirondelle de fenêtre a connu un effondrement catastrophique et ses populations commencent tout juste à se stabiliser dans certaines zones de l'Île de France.

Ces trois espèces peuvent être favorisées par des aménagements et des modes de gestion adaptés. Le grand public peut aussi agir pour protéger ces espèces et participer à leur observation pour aider les chercheurs à mieux suivre leur évolution.

Conférence - rencontre

Les Hirondelles d'Île-de-France, mieux les connaître pour mieux les protéger !
conférence rencontre animée par Frédéric Malher du Centre ornithologique Île-de-France - CORIF et Gunter de Smet de la Ligue pour la Protection des Oiseaux - LPO).

 jeudi 21 avril 2011, de 18h à 20h 

A l’auditorium de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF),  au 84 rue de Grenelle – 75007 Paris (Métro Rue du Bac). Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles.
Pour plus d’informations : Natureparif - 01 75 77 79 04 

mardi, 15 mars 2011

Evénements

Pollen, les lois de la nature

fdfdg

Alors que l'actualité rappelle à l'homme, une nouvelle fois et de façon dramatique, que la nature a des lois qu'il est suicidaire d'ignorer, le film Pollen de Louie Schwartzberg vient de belle manière expliquer l'une d'entre elle, cruciale pour notre survie sur cette planète. Il pointe l'inconscience de laisser menacer l'équilibre fondamental créé par le partenariat entre les plantes et leur pollinisateurs. Ce documentaire intelligent, particulièrement réussi dans sa forme esthétique, au rythme bien construit qui ne laisse place à aucune longueur met en évidence ce processus extra-ordinaire et pourtant traité comme dérisoire puisque mis en péril par les agissement humains.

Plus de 70% des cultures (dont presque tous les fruitiers, légumes, oléagineux et protéagineux, épices, café et cacao) dépendent fortement ou totalement d’une pollinisation animale. Les petits animaux vivant dans les haies sont aussi de bons « pesticides » : une mésange capture 90 % des carpocapses (un insecte appréciant les pommes et les poires) sur un arbre, et la pipistrelle (une chauve-souris) capture 7 à 10 insectes par minute chaque nuit.

Source WWF

Raconteur d'histoire autant que documentariste, Louie Schwartzberg réussit là le pari d'un excellent film dont on ressort "nourri" sans jeu de mots, nourri intellectuellement ! Didactique sans être pesant, clair sans être simplificateur, le réalisateur, fasciné par la nature depuis toujours, sait nous faire passer un message fort, étayé par des images éblouissantes.

Cette histoire, c’est celle de l’interaction extraordinaire entre le monde végétal et le monde animal, l’infiniment petit qui grâce à des techniques que l’Homme ne sait toujours pas reproduire aujourd’hui, permet depuis des millénaires à l’humanité de se nourrir.

Passionné par les fleurs qu'il filme tous les jours depuis 35 ans, il assoit sa démonstration sur la notion de beauté, maillon clé dont la mission est, nous montre-t-il de séduire les espèces pollinisatrices pour que s'enclenche ce processus de survie. Beauté chargée sans doute aussi de séduire l'être humain qui est après tout sûrement considéré de la même façon que n'importe quel insecte dans le grand "tout" qu'est la nature. Nous subjuguer pour que nous la préservions. Chacun a donc sa place mais… certains ne restent pas à leur place, visiblement. Là est le souci.

Entourés d'excellents spécialistes scientifiques, Louie Schwartzberg passe en revue les pollinisateurs, apidés, papillons, oiseaux et chauve-souris et nous embarque dans un tour d'horizon de découverte des stratégies incroyables développées par les plantes pour disséminer leur pollen : au Panama, au Mexique, en Californie ou encore au Kansas. Le tournage a duré une année entière et a bénéficié des dernières avancées technologiques en matière de cinéma numérique.

En clair, ce n'est pas juste un film "pour faire joli" et s'extasier. C'est un magnifique film à voir et pour réfléchir !

…et qui pose implicitement la question : ne serait-il pas temps que les honnêtes gens réalisent et refusent ce qui est "vendu" comme inéluctable : destruction des habitats des pollinisateurs, abeilles esclaves, utilisation des pesticides pour une rentabilité au mépris de la biodiversité et de la santé humaine, enrichissement de multinationales contre l'appauvrissement des agriculteurs respecteux de la biodiversité et autres non-sens…

S'indigner en premier lieu, oui, et agir/réagir non pas par un refus systématique obscurantiste et manichéen mais par des choix raisonnés et de bon-sens. Le film passe en revue notamment une série de conseils à la portée de chacun. C'est déjà un commencement… Peut-être aussi ce magnifique film suscitera-t-il des vocations scientifiques "humanistes" à l'heure où la filière scolaire scientifique s'est effondrée comme une pauvre colonie d'abeilles devant le poids disproportionné des étudiants des filières "commerce" survalorisées qui nous pondent des générations sans foi ni loi de poches bien pleines mais sûrement pas de têtes bien faites et bien pleines !

Bande annonce - teaser du film

FICHE TECHNIQUE "POLLEN"
Sortie en salle le 16 mars 2011
Réalisateur : Louie Schwartzberg
Commentaires (version française) dits par l'actrice Mélanie Laurent
Musique : Bliss
Durée : 1h17
Film en partenariat avec le WWF
NOS LIENS EN +
Un quizz très bien fait sur les insectes sur le site de TV5Monde
Notre billet sur le "peuple des abeilles"
Notre billets sur des ouvrages consacrés aux abeilles

lundi, 14 février 2011

Evénements

La nature dans la ville, à chaque pas

Le milieu urbain possède ses propres caractéristiques, que ce soit du point de vue de la climatologie (températures plus élevées…), des  sols (déstructurés…), de la luminosité (quasi permanente…), des perturbations (parmi les plus importantes…), etc. La ville peut être considérée comme un écosystème à part entière et l’installation progressive des espaces verts au cœur des villes a été l’élément le plus significatif dans l’évolution de la nature en ville. Des gestions plus écologiques de ces parcs publics mais aussi des jardins privés sont nécessaires afin d’offrir de nouveaux abris et de nouvelles ressources à des espèces animales et végétales qui colonisent la ville à partir des campagnes proches. La ville est ainsi capable d’accueillir une avifaune riche même en son cœur si les espaces de végétation offrent suffisamment de ressources.
Augmenter la biodiversité urbaine, c’est agir positivement sur l’esthétique et la qualité de notre cadre de vie, mais aussi améliorer notre santé, tendre vers une régulation des températures et autres effets de nos activités, etc. Pour obtenir une biodiversité riche et fonctionnelle, il faut donner la possibilité à de nombreuses espèces de cheminer dans l’espace construit. La circulation des espèces dans le milieu urbain, via la construction ou la conservation de « corridors écologiques » en ville est un nouveau défi pour l’urbanisme de demain…

A l’occasion du lancement de la 2ème édition du Concours Capitale française de la Biodiversité, Natureparif invite le public le 17 février à cette rencontre sur le thème de la nature en ville.

En complément, découvrez si vous ne l'avez pas déjà fait, une exposition en cours au Parc Floral de Paris, qui se termine le 31 mars prochain : Architecture et Biodiversité / Patrimoines d'Île de France. Cette exposition regroupe 73 clichés réalisés par Laurent Geslin (photographe de Terre Sauvage) et onze photographes bénévoles de l’ASCPF (Association Sportive de Chasse Photographique Française). Ils sont le fruit d’une sélection des plus beaux moments de vie auxquels ont pu assister les photographes, qui ont parcouru l’Île-de-France pendant plus d’un an dans le cadre de cett exposition. 
 
La Tour Eiffel, la Cathédrale Notre-Dame, le Louvre, la Bibliothèque nationale de France, les châteaux de Versailles ou de Vincennes... autant de monuments qui constituent le patrimoine bâti et participent à la renommée de l’Île-de-France dans le monde entier. Outre leur valeur architecturale, ces édifices, anciens ou modernes, abritent une autre forme de richesse, tout aussi importante... la biodiversité. C’est un fourmillement d’espèces qui colonisent le milieu urbain et prennent leurs marques entre les pavés... Mouettes rieuses investissant la place de la Concorde, insectes de toute forme et de toute couleur au cœur de Paris, lapins trônant au centre du rond point de la Porte Maillot. Un spectacle qui démontre une fois encore les potentialités d’adaptation du vivant.

CONFERENCE

« La Nature en Ville » conférence animée par :

Philippe CLERGEAU, Professeur au Muséum national d’Histoire naturelle, Président du Conseil Scientifique du Concours Capitale Française de la Biodiversité;
jeudi 17 février 2011, de 18h à 20h
à l’auditorium de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF),
84 rue de Grenelle – 75007 Paris (Métro Rue du Bac) - Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles
Pour plus d’informations : Natureparif - 01 75 77 79 04 

EXPOSITION

« Architecture et Biodiversité :  Patrimoines d’Île-de-France »

Du 6 octobre 2010 au 31 mars 2011  au Parc Floral de Paris  (Métro Château de Vincennes – Ligne 10)

- page 1 de 4