Imaginature entête du blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot clef - Agriculture

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi, 15 octobre 2012

Développement durable

Les moissons du futur - documentaire

 Soirée THEMA sur ARTE le 16 octobre : Comment on nourrit le monde ?

avec le documentaire de Marie-Dominique Robin "Les Moissons du futur", plein d'espoir sur les solutions possibles à la crise alimentaire.

• Voir la page Arte consacrée au sujet

• ENTRETIEN AVEC MARIE-DOMINIQUE ROBIN

Après "Le Monde selon Monsanto" et "Notre poison quotidien", Marie-Monique Robin livre le dernier opus de sa trilogie, "Les Moissons du futur", une enquête résolument optimiste sur les remèdes possibles à la crise alimentaire qui touche la planète. 

Marie-Monique Robin, comment est né ce projet ?

Marie-Monique Robin : Les moissons du futur sont dans la droite lignée de mes précédents documentaires. Je pars du discours dominant, qui prétend que si on sort de l’industrie agroalimentaire, c’est la famine assurée, et je démontre que ces allégations ne reposent sur rien. Tout a commencé sur un plateau de télévision où Jean-René Buisson, le président de l’Association nationale de l’industrie agroalimentaire, expliquait qu’il n’y avait pas d’alternative aux pesticides. Selon lui, si on passait à une agriculture bio, cela entraînerait une baisse de la production de 40 % et une augmentation des prix de 50 %. C’est ce discours qui est majoritairement relayé par les médias. J’ai donc décidé d’enquêter. Il se trouve que peu de temps après, j’ai rencontré à Genève Olivier De Schutter, le rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation des Nations unies, qui dit exactement le contraire ! Au fil de mon enquête, je me suis rendu compte que le discours des industriels est totalement faux : l’agroécologie permettrait de nourrir la planète.

Lire la suite de l'interview sur http://www.arte.tv/fr/un-monde-sans-monsanto/6988114.html

 Mise à jour du 18/10/12 : Poursuivre l'analyse et le débat : Lire un billet critique sur le documentaire et aussi les commentaires intéressants : http://blog.slate.fr/globule-et-telescope/2012/10/16/la-decevante-moisson-de-marie-monique-robin/

mercredi, 6 octobre 2010

Evénements

Conférence agriculture et biodiversité en Ile-de-France

En Île-de-France, les terres cultivées représentent près de 80% du territoire, la population francilienne se concentrant sur les 20% restant. L’agriculture a donc façonné durablement le paysage régional, tout particulièrement à partir des années 60, au début de la révolution « verte ».
La mécanisation des moyens agricoles, pour répondre aux besoins alimentaires, avait alors entrainé une homogénéisation des cultures peu compatible avec la protection de la biodiversité. Cette période est progressivement révolue et aujourd’hui, la prise en compte de la biodiversité dans les systèmes d'exploitation agricoles est une nécessité bien comprise. Car la diversité biologique remplit de nombreuses fonctions écologiques pour l’agronomie en participant notamment à la stabilisation des sols, la pollinisation des plantes, ou encore la régulation des
ravageurs des cultures, et apporte également une plus value paysagère.
 
L’agriculture et la biodiversité sont donc indissociables et la préservation de cette dernière se doit d’être une priorité pour les agriculteurs. Pour cela, des mesures de gestions adaptées peuvent être mises en place, comme l’implantation et l’entretien de haies, de bandes enherbées, de couverts mellifères.
Ces éléments recréent une richesse d’habitats diversifiés favorables, par exemple, au bon développement des auxiliaires de cultures (insectes, oiseaux...), de même qu’à la restauration des continuités écologiques, ou encore à la sauvegarde de l'abeille, sentinelle de l'environnement.

Natureparif invite le public à la rencontre :

Concilier Agriculture et Biodiversité en Ile-de-France

Jeudi 14 Octobre 2010, de 17h à 19h

Dans les locaux de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), 
au 84 rue de Grenelle – 75007 Paris (Métro Rue du Bac)
Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles 

Cette conférence sera animée par Olivier BARNAY, Responsable du Pôle agronomie et environnement de la Chambre d’agriculture de Seine-et-Marne

lundi, 23 mars 2009

Eau

Forum mondial de l'eau : le bilan

Le 5e forum mondial de l'eau  vient de s'achever à Istanbul. La déclaration finale absolument non contraignante pour les états signataires a fait l'impasse sur la reconnaissance d'un "droit humain fondamental à l'accès à l'eau potable et à l'assainissement". Principaux opposants à cette reconnaissance : les Etats-Unis et le Brésil. Peur d'avoir à partager les ressources, peur d'avoir à payer pour les moins nantis… Responsabilité et partage ne semblent pas encore à l'ordre du jour.
Petite lueur néanmoins : une vingtaine de pays poussés par L'Espagne et les délégations latino-américaines ont publié une déclaration séparée où figure cette reconnaissance.
Et vraie rupture par rapport au forum de Mexico en 2006, "le besoin d'atteindre la sécurité hydrique" est affirmé dès le préambule ainsi que l'engagement pour l'économie de la ressource, notamment dans le secteur agricole, qui en est le plus gros consommateur (73% de l'utilisation de l'eau douce). Préserver les écosystèmes aquatiques, lutter contre les pollutions, renforcer les lois sur l'eau, lutter contre la corruption et faire participer le public aux décisions, ces nouveaux engagements font aussi partie de la liste.

L'occasion est toute trouvée pour se plonger ou se replonger dans les 416 pages du "petit précis de mondialisation" d'Erik Orsenna, L'avenir de l'eau, sorti cet hiver.

"Petit" ? épaisseur du propos ! "Précis" ? vaste étendue du thème ! "Mondialisation" ? "somme des réalités locales" !

lundi, 16 juin 2008

Environnement

Le monde selon Monsanto


Et si l’univers totalitaire imaginé par George Orwell dans « 1984 » n’était pas celui de Big Brother, cette vieille baderne, mais d’un « céréales de Marie-Monique Robin killer » ?
Il faut absolument, pour vous en faire une idée, plonger dans "Le monde selon Monsanto, de la dioxine aux OGM, une multinationale qui vous veut du bien" (co-édition La Découverte/ Arte Video).
Plus la peine de lire des polars pour avoir des frissons dans le dos, à l’âme. À travers cette enquête au long cours de trois ans sur trois continents, aussi édifiante et rigoureuse que terrifiante, on mesure mieux ce que nous concocte la mondialisation dans son versant  le plus sombre.
“Le monde selon Monsanto“ reconstitue la genèse d’un empire industriel de la chimie (l’agent rouge, défoliant versé sur le Vietnam, tout comme les hormones de croissance bovine interdites en Europe). Un géant de l’agroalimentaire  (maïs transgénique) devenu à coup de pressions et de tentatives de corruption, de collusion avec l’administration américaine, l’un des premiers semenciers de la planète. Oui, il est grand temps d’ouvrir les yeux, de se poser les vraies questions sur les pénuries alimentaires, sur les organismes génétiquement modifiés imposés à la paysannerie indienne, mexicaine, africaine, à la consommation alimentaire mondiale.
Marie-Monique Robin est lauréate du Prix Albert-Londres (1995). Journaliste et réalisatrice, elle a réalisé de nombreux documentaires — couronnés par une dizaine de prix internationaux. Elle est également  l’auteur du DVD éponyme "Le monde selon Monsanto" paru chez Arte Video. Un documentaire exceptionnel.