En Île-de-France, les terres cultivées représentent près de 80% du territoire, la population francilienne se concentrant sur les 20% restant. L’agriculture a donc façonné durablement le paysage régional, tout particulièrement à partir des années 60, au début de la révolution « verte ».
La mécanisation des moyens agricoles, pour répondre aux besoins alimentaires, avait alors entrainé une homogénéisation des cultures peu compatible avec la protection de la biodiversité. Cette période est progressivement révolue et aujourd’hui, la prise en compte de la biodiversité dans les systèmes d'exploitation agricoles est une nécessité bien comprise. Car la diversité biologique remplit de nombreuses fonctions écologiques pour l’agronomie en participant notamment à la stabilisation des sols, la pollinisation des plantes, ou encore la régulation des
ravageurs des cultures, et apporte également une plus value paysagère.
 
L’agriculture et la biodiversité sont donc indissociables et la préservation de cette dernière se doit d’être une priorité pour les agriculteurs. Pour cela, des mesures de gestions adaptées peuvent être mises en place, comme l’implantation et l’entretien de haies, de bandes enherbées, de couverts mellifères.
Ces éléments recréent une richesse d’habitats diversifiés favorables, par exemple, au bon développement des auxiliaires de cultures (insectes, oiseaux...), de même qu’à la restauration des continuités écologiques, ou encore à la sauvegarde de l'abeille, sentinelle de l'environnement.

Natureparif invite le public à la rencontre :

Concilier Agriculture et Biodiversité en Ile-de-France

Jeudi 14 Octobre 2010, de 17h à 19h

Dans les locaux de la Société Nationale d’Horticulture de France (SNHF), 
au 84 rue de Grenelle – 75007 Paris (Métro Rue du Bac)
Entrée libre et gratuite, dans la limite des places disponibles 

Cette conférence sera animée par Olivier BARNAY, Responsable du Pôle agronomie et environnement de la Chambre d’agriculture de Seine-et-Marne