Imaginature entête du blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi, 29 avril 2011

Paysage

Paysage dans tous ses états : Claude Gellée dit le Lorrain

Claude Gellée, dit le Lorrain (1600 ou 1604/1605 – 1682)

De son vivant, Claude Gellée, dit le Lorrain, a été reconnu l’un des plus grands maîtres du paysage. Jusqu’au début de l'impressionnisme, et même au-delà, sa vision sereine et intensément poétique du paysage « classique » est devenue une référence pour ses nombreux imitateurs. Le Lorrain a su allier la grandeur idéale d’un monde antique, rêvé, avec les impressions d’une nature réelle et expérimentée. Son utilisation savante de la technique dans le rendu des effets de lumière et l’inclusion efficace dans ses tableaux d’éléments étudiés dans la nature lui ont permis d’atteindre ce très haut niveau.

Le musée du Louvre et le musée Teyler de Haarlem organisent ensemble cette exposition. La qualité ainsi que la diversité des œuvres exposées vont permettre une vision complète de l’activité graphique du Lorrain. Toutes les différentes manières dans lesquelles l’artiste s’est appliqué seront représentées : des études faites sur le motif aux croquis représentant des monuments de la Rome de son temps, des rapides croquis d’animaux et de figures aux grands dessins aboutis dans lesquels il a élaboré ses compositions religieuses ou mythologiques. La sélection permettra ainsi de suivre la démarche de l’artiste dans la préparation de ses chefs-d’œuvre peints et de découvrir sa passion pour l’art du dessin.

Source : musée du Louvre

Claude le Lorrain
le dessinateur face à la nature

Musée du Louvre, hall Napoléon - Paris
Du 21 avril au 18 juillet 2011

Entrée par :
- la pyramide
- la galerie du Carrousel
- le passage Richelieu (réservé aux visiteurs munis de billets, de cartes d’abonnement et aux groupes).

Fermeture le mardi.

http://www.louvre.fr

Documentation pour les enseignants :
Réalisé grâce à un partenariat entre le service Education du musée du Louvre et le Scérén-CNDP, un nouveau numéro de Texte et Documents pour la classe, « L’art du paysage » vient de paraître. Composés d’articles de spécialistes et de conservateurs du musée du Louvre il explore une question plurielle au moment même où se tient au Grand Palais l’exposition « Nature et idéal : le paysage à Rome, 1600-1650 » et au Louvre « Claude Le Lorrain. Le dessinateur face à la nature ». Il s’accompagne de pistes pédagogiques en arts plastiques et histoire des arts à mettre en œuvre dans les classes.


Illustrations ci-dessus :

Berges boisées (détail)
Vers 1640-1645. Pierre noire, différents tons de lavis brun - 18,2 cm x 26,8 cm - Haarlem, musée Teyler, inv. L 32 - Acquis par la Fondation Teyler en 1790 © Haarlem, Teylers Museum

Etude d'arbres
Vers 1635. Plume et encre brune, pinceau et encre brune - 28,9 cm x 20,5 cm - Paris, musée du Louvre, département des Arts graphiques, collection Edmond de Rothschild, 1532 DR - Acquis par Danlos pour le baron Edmond de Rothschild ; donation au musée du Louvre en 1935 © RMN / René-Gabriel Ojéda

Arbre et rochers près d’un ruisseau
Vers 1635. Graphite, plume et encre brune, pinceau et différentes nuances d’encre brune, rehauts blancs - H. 25,2 cm ; L. 19,3 cm - Haarlem, musée Teyler, inv. L 16 - Acquis par la Fondation Teyler en 1790 © Haarlem, Teylers Museum

jeudi, 28 avril 2011

Paysage

Paysage dans tous ses états : de l'Alsace à l'Europe

K. Henri LEBERT, Vue du Haut-Landsbourg, 1833, huile sur toile, musée Unterlinden, Colmar

Deux expositions remarquables, en Alsace, mettent en lumière de façon originale “Nature” et “Paysages” et proposent une déambulation culturelle vivifiante. Belle idée de programmation qui interroge le rapport de l’homme et de la société à la nature, avec la naissance du tourisme, la métamorphose du paysage par l’industrialisation. Un dialogue géographique, historique, esthétique est tissé, de l’Alsace à l’Europe, un regard en arrière jusqu’aux lisières du XVIIIe siècle, qui ajoutent des clés d’interprétation au présent. L’exposition L’Alsace pittoresque, au musée Unterlinden à Colmar, balaye  les représentations multiples de cette région frontalière. Plusieurs pistes sont proposées pour appréhender l’« invention » d’un paysage : vision topographique, quête ethnographique, émergence du pittoresque, liens entre vie rurale et paysage…

Le fond des collections du musée Unterlinden est marié avec habileté à des œuvres et livres issus de collections publiques et privées françaises, allemandes et suisses qui en forment le contrepoint. Peintures, œuvres sur papier et photographies, rarement présentées au public voire inédites, vous feront découvrir un paysage aux multiples facettes – reliefs montagneux, sommets ponctués d’impressionnants châteaux forts en ruine, vaste étendue de la plaine rhénane – et vous révéleront les motifs singuliers d’un pays  sans cesse réinventé. Héritage de la peinture hollandaise, le paysage émerge comme genre pictural dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, c’est le début d’une vraie appropriation artistique des paysages régionaux. La lithographie vers 1820 permettra une diffusion à grande échelle de ces motifs avec la mode des albums de vues pittoresques, grâce à de grands imprimeurs éditeurs – tels Engelmann ou Simon pour l’Alsace. Tandis que rails, ponts ou gares vont modifier profondément le paysage, le chemin de fer joue par ailleurs un rôle de premier plan, qui ouvre à une bourgeoisie naissante l’accès aux paysages et aux beautés de la nature, antérieurement réservés à une élite. Le tourisme est né, mêlé à l’aspiration à échapper au carcan urbain.  En épilogue de l’exposition, c’est le paysage rêvé, sublimé où mémoire, nostalgie, mythologie et imaginaire dessinent de nouveaux contours, que l’on découvre notamment au travers des œuvres de Gustave Doré ou Jean-Jacques Henner. 

Le Goût de la Nature

Dans une coopération bien orchestrée, les musées de Strasbourg proposent dans le même temps Le Goût de la Nature. Paysages des musées de Strasbourg des XIXe et XXe siècles. L’exposition, très appréciée lors d’une préalable itinérance japonaise,  constitue une promenade par thèmes, à travers l’histoire du paysage européen, depuis la période romantique jusqu’au milieu du XXe siècle, avec des chefs-d’œuvre de Loutherbourg, Corot, Courbet, Sisley, Monet ou Signac. Quelque quatre-vingt peintures sont exposées au Musée des Beaux-Arts, par thèmes, permettant des confrontations inédites. Et environ quatre-vingt œuvres graphiques, issues du Cabinet des Estampes et Dessins et Musée d’Art moderne et contemporain, sont présentées à la Galerie Heitz.

L’Alsace pittoresque. L’invention d’un paysage 1770 - 1870,
jusqu’au 26 juin 
au musée Unterlinden 1 rue d'Unterlinden - 68000 Colmar
http://www.musee-unterlinden.com/

Le Goût de la Nature. Paysages des musées de Strasbourg des XIXe et XXe siècles.
jusqu’au 15 août 2011
au Palais Rohan (musée des Beaux-Arts et galerie Heitz)
2, place du Château - 67000 Strasbourg
http://www.musees.strasbourg.eu

texte @ Imaginature